Yewwi a atteint sa fin…Sonko donne la date de « péremption »

affaire sonko

La page des élections législatives est complètement tournée. Après la proclamation des résultats par le Conseil constitutionnel, les différents candidats sont fixés sur leur sort. L’intercoalition Yewwi-Wallu a marqué d’une encre indélébile ces joutes du 31 juillet 2022. Leurs leaders en ont fait voir de toutes les couleurs à Macky Sall et son régime. Alors que la page des législatives est complètement tournée, l’avenir de cette alliance est sensiblement menacé. Tout porte à croire que Yewwi Askan Wi a atteint sa date de péremption.

S’il y a une coalition qui a tenu tête à Benno durant les deux élections passées, c’est bien Yewwi Askan Wi. Cette coalition née d’un « inceste » politique a fini par laisser ces marques dans l’arène politique. Malheureusement, le compagnonnage entre Ousmane Sonko et ces camarades n’ira pas au-delà de 2024. Les ambitions des leaders de cette coalition de briguer le fauteuil présidentiel sera la principale cause de cette séparation. Au sortir des élections du 31 juillet 2022, les ambitions se dessinent. Et le leader du parti des patriotes du Sénégal pour le Travail, l’Ethique et la Fraternité (PASTEF) aura de sacrés adversaires au sein de cette coalition.

yewwiEn effet, Ousmane Sonko ne laisse plus de doute sur sa candidature. A dix-huit (18) mois de la Présidentielle, il a déclaré, hier jeudi, qu’il sera candidat. Le leader de Pastef estime que cette décision n’est point une surprise pour les Sénégalais. A l’en croire, sa candidature sera partagée avec les Sénégalais, les militants et les sympathisants. Pour qu’en 2024, ils puissent faire le bon choix, soutenu par « la souveraineté et le patriotisme ». Mieux, il a invité les Sénégalais au travail. « Un rendez-vous important dans l’histoire du Sénégal, un combat de libération africain à ne pas rater, bonjour 50 ans de galère ».

Mais ce jeudi, un autre Ousmane Sonko a pris la parole. L’homme qui a parlé aux journalistes est loin d’être membre de la coalition Yewwi Askan Wi. Le maire de Ziguinchor s’est adressé aux sénégalais comme le leader de Pastef. Et non celle de YAW. Cette sortie de Sonko définit clairement la fin de cette alliance telle qu’écrite sur la charte de la coalition. 2024 marque la fin de Yewwi Askan Wi. Pour ne pas se faire devancer par le maire de Ziguinchor, les futurs candidats commencent à décliner leurs ambitions.

yewwiEt c’est Malick Gakou qui ouvre le bal des candidats de Yewwi à la présidentielle. Selon le patron du Grand Parti, il est le meilleur profil pour 2024. Pour vendre son image, il met en avant son expérience et son parcours politique. Même si son parti peine à se relever, il s’y connaît en matière de politique. Membre de l’Alliance des Forces du Progrès (AFP), l’ancien maire de Guédiawaye a bourlingué jusqu’à occuper le poste de numéro 2 du parti de Moustapha Niasse. S’il se lance dans la campagne, le candidat éliminé à la présidentielle de 2019 sera un concurrent direct de Sonko.

yewwiEt il ne sera pas le seul leader de Yewwi présidentiable à devenir un adversaire de Sonko. Khalifa Sall, qui est passé sous silence depuis son compagnonnage avec le patriote en chef, pourrait faire partie de la course en 2024. En effet, lui et Karim Wade pourraient être amnistié par Macky Sall uniquement dans le but de brouiller le jeu politique. Khaf candidat va bénéficier du soutien de Barthélémy Dias, l’homme qui a conquis Dakar lors des deux dernières élections. Ce qui affectera, sans doute, leur copinage avec Sonko. Car les jeunes du leader de Pastef ne sont pas du genre à laisser couler.

Alors d’ici 2024, les sénégalais seront fixés sur les personnes qui vont courir derrière le fauteuil présidentiel. Mais une chose est sûre, la concurrence sera rude au sein de Yewwi. Un choc des ambitions qui fera voler en éclat la dynamique unitaire au sein de cette coalition qui a fait souffrir Macky Sall aux locales et législatives. Yewwi Askan Wi atteindra sa date de péremption en 2024 avec une multitude de candidats et sans compter d’éventuels membres de la société civile et autres candidats indépendants…

xibaaru

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire