Venezuela : la crise politique devient internationale

Le Venezuela est depuis deux semaines le théâtre de manifestations étudiantes dont l’une, mercredi dernier, s’est achevée par de violentes échauffourées qui ont fait trois morts et plus de 60 blessés. C’est dans ce contexte très tendu que l’ambassadeur de la république Bolivarienne du Venezuela au Sénégal, M. Eddy Cordova a soutenu, ce mercredi dans la commune d’arrondissement de Fann-PointE(Dakar), au cours d’une conférence de presse, que son pays refuse la violence et dénonce l’ascension d’un coup d’état de la part des secteurs de l’opposition. M. Cordova condamne avec la dernière énergie les violences qui minent son pays, durant les derniers mois de 2103 et début 2014.

Rouge de colere, M. Cordova a explique aux journalistes que le ministre vénézuélien des Affaires étrangères Elias Jaua a annoncé lundi que son ministère avait ordonné l’expulsion dans les 48 heures de trois diplomates américains présumément liés aux violences qui font rage dans le pays depuis le 12 février. Le gouvernement vénézuélien a accusé les États-Unis d’essayer de « soutenir et légitimer des tentatives de déstabilisation de la démocratie vénézuélienne », en réponse au secrétaire d’État John Kerry qui avait condamné samedi la « violence insensée » exercée contre les manifestants.

M. Cordova a affirme que les autorités Vénézuélien ont mené des opérations d’enquêtes principalement dans les universités, où se sont concentrées les actions violentes et les manifestations, mais il s’agit d’un subterfuge utilisé pour contacter les têtes fortes qu’ils forment pour créer des organisations étudiantes et promouvoir la violence »., selon Cordova  le Venezuela est victime du « complot typique développé dans d’autres pays dans les dernières années, où la violence est introduite, puis les gouvernements doivent prendre des mesures légales pour la contrer, mais en bout de ligne, ce sont les gouvernements qui sont attaqués puis incriminés, notamment par les Etats-nis ».

« Le peuple et le gouvernement Vénézuélien réitère leur profonde vocation démocratique, révolutionnaire et socialiste pour mener a bien son destin et gérer productivement ses ressources naturelles avec une politique  inclusive inscrite par notre constitution Bolivarienne et qui se définissaient comme anti-hégémoniques, anti-impérialistes, souveraines et solidaires », a dit, diplomate.

Pour rappel : Le mouvement de protestation à l’encontre du gouvernement a été lancé il y a deux semaines en province par des étudiants qui s’insurgent contre la vie chère, l’insécurité et les pénuries dans ce pays pétrolier, qui dispose des plus importantes réserves de la planète.

L’opposant Leopoldo Lopez, recherché par la police pour violences, a annoncé dimanche son intention de participer à une nouvelle manifestation, pacifique, ce mardi 18 février, avant de se rendre aux autorités. Les manifestants ont annoncé dimanche qu’ils ne cesseraient leur mouvement que quand le président Maduro désarmerait les milices qui défendent le gouvernement.{jcomments on}

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire