Thiomby/ Programme local de dotation en infrastructures : Les populations toujours dans l’attente

La séance de lutte traditionnelle que l’amicale des élèves et étudiants ressortissants de Thiomby (AEERT) a tenue le week-end dernier à Gandiaye pour mobiliser les ressources devant servir au soutien des nouveaux bacheliers admis à l’université, a été l’occasion pour le parrain de l’évènement, Alexandre Ngom, de remettre en branle l’ensemble des préoccupations qui animent aujourd’hui les populations de cette communauté rurale. Ce village situé à environ une dizaine de kilomètres au Sud Ouest de Gandiaye, selon ses populations, est toujours laissé à lui-même, malgré ses énormes potentialités naturelles. D’après les dernières statistiques électorales de 2012, cette communauté rurale est peuplée de 16.000 habitants répartis autour de 26 villages.

Aujourd’hui dans cette localité, les besoins en infrastructures socio-économiques de base s’accentuent de jour en jour alors que les ressources ne suffisent pas. Depuis la mise en arrêt du forage, l’unique source d’approvisionnement dont disposait d’ailleurs cette communauté, la plupart des villages environnant peinent à accéder à l’eau potable.

Non seulement pour leur propre approvisionnement, mais surtout pour la prise en charge des nombreux troupeaux vivant dans cet environnement caractérisé par le manque de cours d’eau ou autres sources naturelle spouvant les abreuver.
C’est surtout au niveau du village de Keur Alpha situé à quelques encablures que la majeure partie des villages est présentement branchée. Le reste des collectivités qui n’ont ni cette chance, ni la possibilité de se connecter à l’ancien ouvrage du fait de la pollution du sel, sont alors obligées de parcourir plusieurs kilomètres pour s’approvisionner et satisfaire le besoin du cheptel.

Sur le plan de l’énergie, c’est apparemment la même situation qui se pose. Car, malgré l’extension du réseau de l’Agence sénégalaise d’électrification rurale (Aser) au plan national, beaucoup de villages souffrent encore du problème d’électricité. Surtout dans les établissements scolaires où l’enseignement via Internet n’a jamais été pris en compte au menu des programmes dispensés aux apprenants. L’insuffisance des salles de classe partout dans les villages, est aussi un facteur contributif à la démultiplication des abris provisoires dans les établissements primaires comme secondaires.

D’une manière générale, le peu de réalisations opéré dans cette communauté rurale durant ces dernières décennies est allé à la santé avec l’ouverture à Gandiaye d’un centre de santé qui fonctionne aujourd’hui sans les logistiques pouvant assurer le transfert des malades vers les autres structures sanitaires de la région.
 
Ainsi en dépit de tout ce paquet de besoins, les populations de la communauté rurale de Thiomby ont aussi émis le souhait d’être dotées en infrastructures de pêche pour exploiter leur proximité avec le fleuve Saloum distant de leurs villages que de quelques encablures.{jcomments on}

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire