Sonko pris au piège…entre les voleurs de la république et leur amnistie

Macky hors-jeu…Ousmane Sonko face un véritable problème pour 2024

L’échéance pour la présidentielle de 2024 approche. A quinze mois de cette date fatidique, les partis politiques pressent le pas. Le chef de l’Etat Macky Sall risque d’être le plus grand absent de ces joutes électorales. Ce qui fait espérer Ousmane Sonko et ses partisans. Mais deux nouveaux joueurs sont sur le point d’entrer en jeu. Leur arrivée va, non seulement, chambouler les plans du leader du parti des patriotes du Sénégal, pour le Travail, l’Ethique et la Fraternité (PASTEF). Mais, elle sera aussi source de problèmes pour l’actuel maire de Dakar.

Écarté par la Constitution sénégalaise, le Président Macky Sall ne sera pas de la course pour 2024. Selon cette même Constitution, « Nul ne peut exercer plus de deux mandats consécutifs ». Alors, l’actuel locataire du Palais est en train de redistribuer les cartes politiques. Ainsi, le chef de l’Etat compte ramener Khalifa Ababacar Sall et Karim Wade dans le jeu politique. Ce retour des «bannis» sera un véritable problème pour Ousmane Sonko.

sonkoL’amnistie de Karim et Khalifa met Sonko au cœur de la tempête

Le retour de Karim Wade et Khalifa Sall sera un véritable problème pour Sonko. Dans son combat contre Macky Sall, il a accepté de pactiser avec les gens du système qu’il a toujours combattu. Dans ces discours intransigeants, le patriote en chef a toujours été constant sur la question de la reddition des comptes. D’ailleurs, lors du lancement du mouvement «Maggi Pastef», il a été un peu plus clair sur ce qu’il fera une fois au pouvoir.

« Quand j’arriverai au pouvoir en 2024, tous les voleurs iront en prison. Aucun complot au Palais ne peut nous freiner. Il n’y a qu’à regarder le déroulement des élections législatives pour s’en convaincre. Le pouvoir a dépensé beaucoup de milliards alors que nous n’avons presque rien dépensé », avait déclaré Ousmane Sonko. Mais depuis l’annonce de la probable amnistie des deux «K», il n’a pas encore donné une position claire sur le sujet.

D’abord, Ousmane Sonko n’a pas à fermer les yeux sur les crimes financiers qui ont valu à Karim et Khalifa leur séjour en prison. Mais le leader de Pastef doit aussi faire attention à cette loi. Elle pourrait contenir des dispositions qui permettent de mettre à l’abri toutes les personnes entachées sous la gouvernance de Macky Sall. Dans ce cas, toute l’opposition devrait voter contre. Faire revenir ces bannis ne devrait pas servir de prétexte pour laisser les criminels financiers sous Macky s’en sortir. Si Sonko tombe dans ce piège, il aura manqué à sa parole.

Karim…une menace pour l’électorat de Sonko

sonkoAlors Sonko n’a qu’une seule solution, respecter sa parole. Ce qui mettra du sable dans ses relations avec les deux «K». Mais ce sera sans compter sur Karim Wade. L’adversité entre Sonko et Karim n’est plus un secret. Aucun des deux leaders n’acceptera de se faire diriger par l’autre. Alors si l’ancien ministre du ciel et de la terre quitte son confort qatari, il menacera l’électorat de Pastef. Car le parti de son père, le PDS, garde toujours ses bases solides.

Et faut cependant dire qu’en réalité, on n’aurait jamais parlé autant d’Ousmane Sonko, si Karim Wade avait été là. Si Karim prend son courage à deux mains, il pourrait éclipser le leader de Pastef. La baraka de son père peut le ramener sur le haut du podium. Mais pour cela, il faudrait que Wade-fils accepte de venir se battre au Sénégal comme l’exigent certains de ses militants.

Quoiqu’il en soit, cette question d’amnistie reste un «deal» qui va retomber sur Ousmane Sonko. Le leader de Pastef est de plus en plus menacé. L’affaire «Sweet Beauty» dans laquelle il est accusé de viol n’est toujours pas encore vidée. Maintenant le revoilà qui doit faire face au marteau de la reddition des comptes et la division de son électorat. Comme quoi, 2024 est loin d’être gagné comme il le pense…

Xibaaru

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire