Sénégal-Tourisme : FOPITHS crache du feu sur le ministre Oumar Gueye

Les relations entre la Fédération des organisations patronales de l’industrie touristique et de l’hôtellerie au Sénégal (une structure qui regroupe le patronat, les agences de voyage ainsi que les travailleurs) et, leur ministre de tutelle sont en train de se crisper. FOPITHS a crié son ras-bol, ce jeudi, dans la commune d’arrondissement de Dakar-Plateau, au cours d’une conférence de presse, pour «dénoncer, protester et se démarquer de la gestion marquée par l’amateurisme, le pilotage à vue du département par le ministre du Tourisme et des Loisirs». Aux yeux de ces professionnels, la gestion de Oumar Gueye est caractérisée par une «absence  de feuille de route et de visibilité sur le plan d’action stratégique de relance du secteur, un manque d’écoute et de considération notoire vis-à-vis des acteurs du secteur privé». A ces manquements, ils ajoutent «une absence de toute démarche de promotion de la destination,  visible, cohérente et partagée avec la profession, une mauvaise gestion administrative et technique du secteur touristique…».

D’emblée, le président de la Fédération, Mamadou Racine Sy, a tenu à souligner que leur lutte ne vise pas le chef de l’Etat ou le Premier ministre. Très en verve face aux journalistes. Les syndicalistes fustigent également leur non-implication dans la gestion du secteur.  Ainsi déplorent-ils, «la démarche en solo du ministre, en plus d’hypothéquer les chances d’une véritable relance du tourisme dans notre pays, ne permet pas de renforcer la dynamique de partenariat entre l’Etat et le secteur privé».

Selon Mamadou Racine Sy, d’attirer l’attention sur une situation qui hante le sommeil des acteurs : « le mépris qu’affiche la tutelle envers les acteurs du secteur, notamment le patronat, dans le cadre de la mise en œuvre du plan de relance du tourisme annoncé par les pouvoirs publics ». Mamadou Racine Sy et ses camarades ont décrié aussi « l’opacité qui entoure en ce moment la gestion actuelle du fonds de promotion touristique » ainsi que « l’application effective des directives annoncées par le chef de l’Etat, à l’occasion du lancement de la saison touristique, le 29 novembre dernier, à Saly ».

Les acteurs ont, décrié la manière dont est pilotée actuellement l’Agence nationale de promotion du tourisme remise sur pied par le président de la République. « Il est temps de confier le secteur du tourisme aux acteurs du milieu, le manque de concertation entre la tutelle et les acteurs. C’est un problème de survie, car aujourd’hui, les hôtels du Sénégal sont désespérément vides »  

Selon les professionnels du tourisme, le flux des arrivées continue d’accuser une baisse inquiétante. Prenant l’exemple du marché français, ils ont mentionné un recul de 19 % des arrivées en 2013 au moment où le Cap-Vert a progressé de 14 %. Que ce recul est dû à l’introduction des visas touristiques et aux difficultés que rencontrent les professionnels dans la promotion de la destination. De l’impact négatif des visas touristiques à l’érosion côtière qui a fini d’affecter les plages des sites balnéaires du pays.{jcomments on}

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire