Sénégal-Elevage : Le livret de l’éleveur va également définir la qualité des maisons des éleveurs

La commune d’arrondissement de Dakar-Plateau a abrite, ce lundi, un atelier de partage et de validation du projet de Livret de l’éleveur, organise par le Conseil national des maisons des éleveurs (CNMDE), en partenariat avec la FAO. Le livret de l’éleveur permet d’identifier son propriétaire, d’assurer sa traçabilité de tous les actes sanitaires et prophylactiques, d’informer sur les niveaux de production et les transactions commerciales. « Ce projet constitue pour le CNMDE un programme phare, dont la réalisation sera d’un apport significatif pour la traçabilité des activités de ses membres et leur contribution aux objectifs de sécurité alimentaire ».

Le président du Conseil national des maisons des éleveurs, Ismäel Sow, a indiqué que « les conseils du ministre de l’Elevage et l’accompagnement du gouvernement leur ont permis de disposer de près d’un milliard 900 millions de FCFA dans un compte bancaire. Les 21 000 tonnes d’aliments de bétail que l’Etat a données aux éleveurs et le milliard 900 millions nous ont permis de garantir une sécurité alimentaire dans le monde rural. Nous devons travailler ensemble pour professionnaliser notre métier, pour le mettre sur les rails du développement»

« Je voudrais vous assurer de notre engagement à poursuivre notre accompagnement pour la suite du processus et, en particulier, pour la diffusion du Livret de l’éleveur. Nous gardons un espoir réel d’une meilleure contribution de l’élevage à l’instauration d’une sécurité alimentaire et nutritionnelle durable pour toutes les communautés sénégalaises », a soutenu, le représentant de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) au Sénégal, Vincent Martin. Avant d’ajouter que. « La réussite du projet de formulation et de promotion du livret de l’éleveur  »nécessite, au préalable, que tous les acteurs en comprennent la portée et les enjeux, mais aussi s’accordent sur une méthodologie de collecte des données et de leur analyse ».

Le programme de coopération technique qui procède d’un partenariat entre la FAO, le CNMDE et le ministère de l’Elevage et des Productions animales, s’inscrit en droite ligne du Cadre de programme par pays (CPP) qui définit les priorités de la collaboration entre la FAO et le gouvernement du Sénégal pour la période 2013-2017.» 

« Le livret de l’éleveur va également définir la qualité des maisons des éleveurs qui est de nature de permettre à terme votre structure de compter ses membres. Et pourquoi pas de mieux les localiser et enfin les organiser pour mieux les former et les servir? », a soutenu Aminata Mbengue Ndiaye, venu présider ce conclave. Cependant, a-t-elle poursuivi, les autorités publiques ont manifesté  »une volonté politique très forte pour consentir d’importants efforts financiers et soutenir le secteur de l’élevage, porteur de croissance et de développement.{jcomments on}

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire