Sénégal-Agriculture-Gestion Foncière:

foncire

IPAR en conclave.

Pour mieux trouver des solutions aux niches de problèmes dans la gestion de la terre dans notre pays, l’Initiative Prospective Agricole et Rural ( IPAR), avec le soutien du Centre National de Concertation et de Coopération des Ruraux ont organisé ce lundi à Dakar un atelier sur la gestion foncière au Sénégal: Enjeux, Etats des lieux et débats.

Car selon les organisateurs, la réforme des terres est une urgence et il faudra trouver des nouvelles perspectives sur les phénomènes  d’accaparement des terres, qui se sont amplifiés. C’est dans ce veine que Cheikh Oumar Ba, le secrétaire exécutif de l’IPAR, a déclaré. » Le monde rural a besoin de ses terres, l’objectif visé par cet atelier et comment l’Etat à travers les parlementaires va prendre sur la réforme foncière. Car la terre est la deuxième capitale économique, après l’homme. Donc il faut la sécurisation ». Poursuivant sur ce même lancé, Mr Ba indique. »L’occupation inégalement des terres génère des conflits ».

A l’heure actuels tous les acteurs s’accordent pour affirmer l’urgence d’une réforme. Comme beaucoup de pays d’Afrique de l’ouest, les enjeux fonciers au Sénégal sont propondérants.

C’est dans ce même contenu que Mr Oumar Ba a déclaré. »Il faut trouver des moyens pour que les populations rurales ne perdent pas leurs terres, sinon ils vont tous se rallier dans les villes et ça va amener d’autres problèmes. Il faut tout faire pour les mettre dans d’excellents conditions de travail, pour qu’ils puissent sortir de la pauvreté ». Les organisations de producteurs, de la société civile, partenaires techniques et financiers qui se sont  mobilisés sur les questions foncières, cet espace de réflexion, de dialogue qui a réunis ses acteurs agricoles tombent au bon moment selon les organisateurs. Les programmes  lancés par l’Etat (Plan Reva, Goana, Plan Biocarburants), poursuivent la même logique et cependant sont mal perçus par les organisations de producteurs, qui y voient un risque pour les paysans de se faire déposséder de leurs terres au profit d’autres acteurs

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire