SECTEUR DE L’ELEVAGE : l’Etat doit revoir sa politique

C’est ce qu’a laissé entendre, Amadou  Lamine Karé secrétaire général sortant du syndicat des éleveurs affilié à la CNTS ce 23 Juin en marge de leur congrès ordinaire : « 500 milliard de franc CFA, c’est l’essentiel du cheptel  exprimé, presque le budget de l’Etat alors  que ce secteur fait  toujours  face à des difficultés, c’est anormale ». Il assène : « Avec tout ce potentiel, même pendant la Tabaski les éleveurs  demandent  de l’appui au  gouvernement  pour une simple opération, il faut que les politiques s’orientent de nouveau et optent pour une politique plus abondante aux bénéfices  des    partenaires ».

Pour ce faire, le secrétaire sortant, Mamadou Lamine Karé propose une formation permanente des travailleurs mais aussi des techniciens pour être au diapason  dit –il, des réalités du monde de l’élevage et  profiter  des   opportunités qu’offre   le  secteur.  Le Sénégal doit être  capable de fournir la sous région en lait comme en viande voire  même exporter, car ce n’est pas les ressources qui nous manquent  encore moins le cheptel, mais  les politiques  ont élaboré une mauvaise politique, il  faut qu’on inscrit les éleveurs au cœur des grandes décisions a-t-il martelé.

 En marge de ce congrès ordinaire, il sera question  au tour de  la table de   dégager des perspectives pour la coopérative de l’habitat, afin que chaque éleveur ait un toit a précise Mr Karé,  puis d’ajouter que le gouvernent sortant nous a permis d’obtenir des terrains a Mbao et Thies dont  près de 400 Parcelles déjà  distribuées.

 C’est  dans cette même contrée, qu’il a   invite le ministre  à rétablir les crédits alloués : «  nous  avons pour chaque poste du crédit sous formes de carburant pour faciliter la mobilité mais, cette dernière année nous avons constaté que ce crédit a été levé, nous invitons le ministre de le rétablir immédiatement.

Il n’a pas manqué  également l’occasion pour  encore interpeller l’Etat sur une préoccupation qui a duré prés de 20 ans selon lui,  qui est la prise en charge socio profession des l’éleveurs   car dit-il c’est une priorité des priorités  voir une obligation car vous n’êtes pas sans savoir que  ces éleveurs  cohabitent toujours avec un danger ,ils sont très exposé à l’agression , des maladies ,  ou souvent des aventures  biologique et mystiques . Il point : « encore une fois nous réclamons  nos indemnités, les primes  de motivation, d’itinérance   de logement mais une prise en charge socio professionnelle.{jcomments on}

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire