Revue du code électoral : Mbaye Jacques et cie « confortent » le scrutin mixte

La « Coalition Defar Sa Rew », membre du pôle des partis non alignés, est opposée à tout changement du mode de scrutin aux Locales du 29 juin prochain, à l’occasion de la révision du code électoral entamée actuellement pour conformer la loi au nouveau Code des collectivités locales. Mbaye Jacques Diop et cie ont tenu en effet à renouveler fermement leur fidélité au mode de scrutin dit mixte. Rappelant en effet qu’en matière électorale, il faut aller jusqu’au bout du consensus (ce qui était le cas avec le code électoral de 1992, selon elle), la coalition en question indique sans ambages que « le Sénégal ne doit pas reculer, aujourd’hui en 2014,  dans sa quête permanente pour des élections apaisées ».

Pour autant, elle a tenu à renouveler sans ambages sa position, quant au mode de scrutin.  Et de faire remarquer que « Notre pays, depuis le code consensuel de 1992, organise des élections locales et nationales, avec un maximum de transparence et un minimum de tricheries, selon le scrutin mixte (majoritaire et proportionnel tempérés) ».  Ce qui, du reste, a permis « l’alternance nationale de 2000, l’alternance locale de 2009 et encore l’alternance nationale de 2012 », selon Mbaye Jacques Diop et cie. Pour autant, ceux-ci disent conforter leurs délégués pour défendre au sein de la Commission de revue du code électoral, le dit mode de scrutin : 2/5 sur la majoritaire et 3/5 sur la proportionnelle.
 

Revenant par ailleurs sur l’examen de la loi portant Acte III de la Décentralisation, les leaders de la « Coalition Defar Sa Rew » ont déploré le maintien du découpage municipal de 1996 qui a émietté, selon eux, des villes de « façon politicienne », sans tenir compte des réalités démographiques, économiques, voire historiques et sociologiques. Et d’indiquer que l’Acte III doit corriger une telle situation. Prenant d’ailleurs le cas spécifique de Dakar, Mbaye Jacques Diop et cie ont précisé que le morcèlement de la ville de Dakar en 19 communes de plein exercice est « tout simplement aberrant et anti-développement ».

Pour autant, la coalition dit interpeler vivement le Président Macky Sall pour une concertation large afin d’arriver à une « situation municipale apaisée et porteuse de développement local ». Se prononçant enfin sur les élections locales programmées pour juin prochain, la coalition de Mbaye Jacques Diop a estimé , qu’en l’état actuel des choses, leur report est « une opportunité qui s’impose ». Et cela d’autant qu’a la date de dépôt les listes, fixée au  9 Avril 2014, il y a de fortes chances que la commission de revue du code électoral n’aura pas terminé sa mission, ont-ils indiqué.{jcomments on}

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire