Rendre Visite du journalbic.com

malaika
Malaika

Avec notre volonté de vouloir traiter, l’information sans le moindre doute. Pour plus d’information sur le Tchad, le journalbic a rendu visite à Mr Malaika (38) ans, bloggeur – opposant Tchadien en exil au Sénégal depuis 5ans. Il a fait ses études à l’institut d’administration et commerce de Gammouth en Tunisie.

Journalbic.com : Qu’est ce qui vous a plus marqué dans l’histoire du Tchad ?
L’histoire du Tchad est marquée en cinquante(50) ans, par des conflits politico- armées qui sont à l’origine de son instabilité permanente.  
Le Tchad n’a jamais pu connaitre le minimum de stabilité politique. Car les dirigeants qui se sont succédés à la tête du pays, sont animés de mauvaise foi. Chaque leader au pouvoir se maintient, en s’appuyant sur des bases éthoro- centristes et claniques, c’est une culture qui pénalise la cohésion sociale.
Journalbic.com : Idriss Deby, selon ses propos dit. « Si la France veut rester au Tchad, il doit payer ». A-t-il raison ?
Je pense que c’est une décision qui me semble à un chantage déraisonné de la part d’Idriss Deby. Je précise que parmi les dirigeants Africains, Idriss Deby est le seul redevable à la France.
C’est grâce à la France qu’il a pu accéder en 1990 au pouvoir, puis il s’est maintenu à la tête du pays depuis 20ans. Du fait que cette armée Française lui a apporté des soutiens multidimensionnels pour asseoir un régime militaire et une dictature clanique, la plus répressive et redoutable d’Afrique noire.
Le départ de l’armée Française du Tchad, ouvriront les portes à toutes les dérives islamistes de Khadafi et d’El- Béchir.

Journalbic.com : Si jamais vous ferez face avec le président Deby que lui diriez- vous ?
Si l’occasion me serait donnée, je lui demanderai de démissionner du pouvoir. Car, il a montré ses limites de gestion clanique et calamiteuse des ressources économiques du pays.
Si Idriss Deby aime le Tchad, il doit se rendre à l’évidence que les Tchadiens dans leur écrasante majorité souhaitent son départ du pouvoir. Seule issu pour un salut national.
Journalbic.com : Quel message voulez-vous adresser au peuple Tchadien ?
Je demande au peuple Tchadien de bien vouloir s’associer à la lutte que nous menions toujours du Tchad, pour accélérer le déclin du régime en place. Car, notre combat s’inscrit en droite ligne des revendications de tout peuple qui aspirent la paix, la démocratie et aux libertés de se sentir libre dans son pays
Journalbic.com : Depuis cinq(5) ans, vous vivez en exil au Sénégal. Comment le voyez-vous ?
Ecoutez, je remercie l’ensemble du peuple Sénégalais surtout du coté du pouvoir que de l’opposition, y compris la société civile et les organes de presse pour l’attention qu’ils portent sur la situation politique du Tchad. Mais aussi et surtout le soutien que chaque Sénégalais m’apporte dans la lutte pour le changement politique de mon pays. Je suis redevable à la téranga légendaire du peuple Sénégalais frère, voilà un pays de paix, de tolérance et d’amour du prochain merci.

Mamadou SOW, sydior@hotmail.fr

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire