Reboisement dans les ville, Rufisque donne le ton

Rufisque

La ville de Rufisque a accueilli le lancement de la campagne de reboisement organisée par l’association AGAD (agir pour une Afrique durable). L’occasion a permis à la Ministre Coumba Gaye, Ministre délégué auprès du Ministre de la Justice chargé des Droits Humains, d’effectuer sa deuxième sortie officielle.

« Une naissance, un arbre, une vie », c’est le concept lancé ce 1er Août à Rufisque qui consiste à replanter autant d’arbres par rapport au nombre de naissances recensé sur une période d’un an. Dans la deuxième phase de son plan d’action pour un reboisement national, AGAD, accompagnée par L’ONCAV (organisme national de coordination des activités de vacances) et la Ville de Rufisque,a initié cette activité au sortir de la première édition du forum de l’Ecologie et du Développement Durable tenu du 31 Mai au 6 Juin.

Cette campagne lancée ce dimanche devant l’hôtel de ville, a réuni toutes les autorités de la Ville, les institutions étatiques et les populations venues soutenir cette œuvre d’intérêt national.

Dans ses objectifs, l’association s’est fixée de planter 50 millions d’arbres en plus de reverdir et d’embellir les différentes villes du pays pour les rendre attrayantes, dans un souci de rendre meilleure la qualité de vie des populations. Et dans ce cadre, un concours de la ville la plus propre et la plus verte sera organisé entre Novembre et Décembre.

Meissa Béye, adjoint au Maire Badara Mamaya Sène, absent soulignera l’importance de cette manifestation pour le compte de la ville : « Rufisque ville propre, ville éclairée, aujourd’hui ville verte grâce à l’Agad… », clamera t-il fièrement. A cette occasion, un protocole d’accord sera signé entre la ville de Rufisque et l’association AGAD pour le recensement des naissances afin de planter autant d’arbres.

La Ministre Coumba Gaye, en tant que résidente de la localité, plantera symboliquement des arbres avant d’affirmer : « nous avons le devoir d’accompagner de telles initiatives et de développer une politique de sensibilisation, et pour cela, j’interpelle l’AGAD, la Mairie et le Conseil local de la jeunesse pour discuter et proposer des solutions aux nombreux problèmes de notre chère ville qui aujourd’hui fait face à la dégradation de sa côte maritime en plus de l’exposition des populations devant les canaux à ciel ouvert ».

Youssouf Ndiongue Journalbic

 

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire