Politique – Crise ivoirienne : le Conseil de Sécurité de l’ONU invité à mandater la CPI de poursuivr

gbagbo

La détérioration continue de la crise ivoirienne, mobilise à Dakar et en Afrique, les organisations de la société civile visiblement inquiètes, devant l’appel à la mobilisation lancée par Charles Blé Goudé, ministre de la jeunesse du gouvernement et Général autoproclamé de la rue.

A l’initiative de la Rencontre Africaine pour la Défense des Droits de l’Homme (RADDH0, d’Amnesty International Sénégal, de la Ligue Sénégalaise des Droits de l’Homme, de le CONGAD et d’autres personnalités techniques expertes sur le processus électoral en Côte d’Ivoire, un point de presse a été organisé lundi au siège de la RADDHO , auquel, ont pris part plusieurs organes de presse locaux et étrangers.

Les conférenciers qui ont simultanément dénoncé le bellicisme des partisans de Laurent Gbagbo, matérialisé par les actes d’intimidations à l’égard du personnel de l’ONU, les violations des droits de l’homme et les agressions dans les mosquées à l’encontre des musulmans, restent convaincus que ces signes sont annonciateurs d’un génocide qui rappelle le Rwandais.

Pour Alioune Tine de la RADDHO : « le départ des forces de l’ONU et celui de l’opération Licorne, réclamé par Laurent Gbagbo, traduit la volonté de provoquer une guerre civile à conséquences redoutables similaires au génocide rwandais »

Pour sa part, Seyni Gassama, d’Amnesty International Sénégal, renchérit : « nous lançons un appel au Conseil de Sécurité de l’ONU d’autoriser sans délai , la Cour Pénale Internationale (CPI) d’émettre un mandat international à l’encontre de Laurent Gbagbo et des ses proches pour éviter à la Côte d’Ivoire une tragédie »

Face à cette situation gravissime qui prévaut en Côte d’Ivoire, les organisations de la société africaine, mettent place une coalition à l’échelle continentale pour la défense de la volonté populaire et la limitation des mandats présidentiels, et ce, dans le souci d’éviter la paternalisation et la domestication du pouvoir par des dirigeants qui ne sont pas prêts à le céder par voie démocratique.{jcomments on}

 

 

 

 

 

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire