Nébuleuse autour des fonds des cultures urbaines : L’Omart va saisir l’Ofnac et la Crei

ofnakk

« La Gestion jugée nébuleuse des fonds des cultures Urbaines au Sénégal marque irréversiblement la suite logique d’un pillage criminel des avoirs et patrimoines culturels du Sénégal par l’autorité de tutelle à savoir le ministère de la culture, la direction des arts ainsi qu’un lobbying très puissant », dénonce l’Observatoire de la musique et des arts du Sénégal (Omart).

Avec la publication des financements des fonds destinés à la culture urbaine (VOIR ICI) Omart constate que le seul changement visible est la couleur des listes. Les bénéficiaires demeurent toujours les mêmes de 2019 à ce jour. Les 5000 groupes de rap dont 1500 établis dans la banlieue Pikine Guédiawaye, Keur Massar etc. n’ont jamais été aussi zappés.

L’Omart Sénégal va saisir l’Ofnac et la Crei

L’Omart Sénégal va saisir l’Ofnac et la Crei suite aux manquements notés dans la gestion des Arts et culture au Sénégal. En effet, une enquête réalisée entre 2013 et 2015 révèle un déficit « grave » dans la prise en charge sociale, « la conservation du patrimoine, des violations des droits de la troisième génération, une gestion nébuleuse et lobbyiste des biens et des infrastructures de la culture, et une ségrégation dans la répartition des fonds d’aide comme ce fut le cas des fonds des cultures Urbaines aujourd’hui ».

L’Omart compte saisir l’Office Nationale de Lutte contre la Fraude et la Corruption (OFNAC) et la Cour de Répression de l’enrichissement illicite (CREI) pour mettre la lumière sur « les retombées financières du Grand Théâtre National, du théâtre Sorano, du Monument de la Renaissance Africaine, de la Place du Souvenir et de la Sodav ».

L’Omart Sénégal Sénégal réclament par ailleurs les 350 millions de Francs CFA de la Francophonie, « destinés à l’audiovisuel et aux cinéastes Sénégalais du temps du Bsda avec le Pca Aziz Dieng.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire