Monde-Cambodge

cambodj

Cambodge : au moins 339 morts dans un mouvement de panique à Phnom Penh Cambodge : au moins 339 morts dans un mouvement de panique à Phnom Penh

Source RFI.fr

Plus de 330 personnes sont mortes, selon un bilan officiel encore provisoire, dans une bousculade survenue ce lundi 22 novembre 2010 sur un pont de Phnom Penh lors des traditionnelles festivités annuelles de la Fête de l’eau. Le drame a eu lieu dans la soirée sur le pont qui relie Phnom Penh et Diamond Island, petite île du fleuve Mékong sur laquelle se tenaient les festivités de la dernière des trois journées de la Fête de l’eau. Le Premier ministre cambodgien Hun Sen a annoncé à la télévision qu’au moins 339 personnes avaient été tuées.

Phnom Penh était en effervescence, la fête de l’eau battait son plein – cette fête qui est l’un des évènements phares de l’année. Des millions de Cambodgiens flânaient dans les rues pour assister aux courses de bateaux, aux feux d’artifices et aux concerts….

Et c’est justement la fin d’un concert qui aurait mal tourné. Une bousculade sur un pont qui relie la capitale avec l’île du diamant sur le fleuve du Mékong a crée la panique, lorsque une dizaine de personnes a perdu conscience.

Piétinés par la foule ou projetés dans le fleuve

Entre temps, le Premier ministre Hun Sen a confirmé qu’au moins 339 personnes sont mortes dans ce mouvement de panique sur le pont. Ils ont été piétinés par la foule ou projetés dans le fleuve. Selon des témoins, des dizaines d’ambulances ont convergé vers les lieux de la bousculade pour apporter les premiers secours.

Devant l’hôpital Calmette, où les blessés sont emmenés, des proches commencent à se rassembler – beaucoup sont en larmes. Selon la télévision publique, qui cite des sources
hospitalières, au moins 240 femmes ont péri dans la catastrophe.

la plus grande tragédie depuis le régime de Pol Pot

Pour le chef du gouvernement, il s’agit de « la plus grande tragédie depuis le régime (des Khmers rouges) de Pol Pot » qui avait fait environ deux millions de morts, soit un quart de la population, sous la torture, d’épuisement ou de malnutrition entre 1975 et 1979.

Hun Sen a présenté ses condoléances aux familles des victimes en annonçant une journée de deuil national pour mercredi. Le Premier ministre a indiqué que les causes de la bousculade meurtrière n’étaient pas encore déterminées. « Il est nécessaire d’enquêter davantage sur ce qui s’est passé », a-t-il dit, annonçant qu’une commission allait être constituée à cet effet.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire