Macky tombe dans le piège de son « cabinet »…le dossier du 3ème mandat validé

macky sall reduit opposition

Il aura beau vouloir jouer au grand démocrate respecté de tous comme son prédécesseur, Me Abdoulaye Wade, mais le pressing des membres de son « shadow » cabinet a eu raison de Macky Sall. Ces conseillers fantômes, bien présents dans le cabinet, ont concocté un dossier « troisième mandat » qui vient d’être validé par le Président sortant. Comment ces conseillers occultes ont-ils pu faire changer d’avis au Président Macky Sall ? Quels arguments ont-ils mis devant le Président ? Et qui sont ces conseillers « fantômes » du cabinet du Patron…?

Il faut dire qu’ils ont vraiment su travailler à l’oreille le Président de la République Macky Sall au point de le convaincre de présenter sa candidature à un troisième mandat en 2024. L’un des arguments avancés par eux pour convaincre Macky Sall, c’est que rien aux yeux de la loi ne l’interdit à présenter sa candidature en 2024, d’autant que la Constitution parle que nul ne peut briguer plus de deux mandats constitutifs de cinq ans. Alors que lui, le Président de la République en est à son premier mandat de 5 ans. C’est sous son premier mandat qui était de 7 ans que l’actuelle Constitution a été adoptée en 2016 par voie référendaire.

macky sall

Un autre argument brandi toujours par ces conseilles occultes du Président de la République Macky Sall qui le poussent à se présenter en 2024, c’est que s’il ne le fait pas, ce sera laisser la voie libre à Ousmane Sonko qui va être élu Président de la République. Or, dans leurs arguments pour convaincre le Président Macky Sall, ils sont parvenus à lui faire croire que Sonko au Palais, ce sera une chasse aux sorcières contre lui, toute sa famille et tous ses proches.

Dans leurs entreprises, ils ont fini par rallier à leurs arguments tous les responsables de l’Alliance pour la République (APR) qui n’hésitent plus à militer ouvertement en faveur d’une candidature de Macky Sall en 2024. Tous ont peur de perdre le pouvoir en 2024, et partant de là tous leurs privilèges acquis. C’est pourquoi, c’est le branle-bas de combat au sein de l’APR, il ne manque pas un seul week-end sans que l’on ne voie ces responsables de ce parti, courir vers leurs bases pour organiser des semblants de mobilisation afin de demander à leurs militants d’adhérer tous à l’idée de la candidature de Macky Sall en 2024.

macky sallIls s’activent et mettent la pression sur le Président de la République pour qu’il se présente en 2024. Pour le moment, ce dernier ne veut faire de déclaration publique pour annoncer sa candidature, mais tout fait croire qu’il n’est pas insensible aux arguments soulevés par ces conseillers. Certains parmi eux, en réalité sont identifiés. Il s’agit de Cheikh Kanté, de Abdou Fall, de Abdoulatif Coulibaly, d’un juriste français et d’un homme d’affaires français résidant au Maroc.

D’ailleurs, Cheikh Kanté ne s’en cache pas. Si l’on se fie à son dernier meeting, il vient d’appeler à la mobilisation les militants de l’APR à Fatick pour soutenir la candidature de Macky Sall en 2024. Pour eux, peu importe qu’il y ait des soulèvements populaires au cas où Macky Sall prononcerait sa candidature en 2024. Ils pensent mettre les Sénégalais sur le fait accompli, comme c’était le cas pour Me Abdoulaye Wade en 2012. Sauf qu’ils oublient que même si Me Abdoulaye Wade avait imposé sa candidature, il a été sanctionné au moment du vote par les Sénégalais. Et, c’est ce même sort que risque de subir Macky Sall en 2024.

Macky Sall aurait voulu éviter une fin du pouvoir comme son prédécesseur. Et comme son ancien mentor, Abdoulaye Wade, il a été « forcé » par ses proches qui lui ont fait miroiter une victoire à partir de meeting montés de toutes pièces avec des faux militants, payés et transportés…Et aujourd’hui, avec des attroupements préfabriqués devant le Palais à l’occasion des victoires des Lions en coupe du Monde, Macky Sall est convaincu que le « Peuple l’aime« …Et pourtant, il va droit sans le mur…

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire