Macky Sall défié et décrié…ça sent la fin de règne

doudou wade macky sall n est pas intelligent il a des problemes de psychiatrie

Est-ce le début de la fin pour Macky Sall ? A trois ans de la fin de son second et dernier mandat, des signes de lassitude et de dénonciation de sa gestion par ses partisans et surtout par des membres de sa familles apparaissent. « Trop de pouvoir…tue le pouvoir » vient de lancer Adama Faye à l’encontre de Macky Sall. Et Adama Faye n’est autre que le beau-frère du président. La critique vient cette fois de…l’intérieur.

Dans toute création, il y a un début et une fin. Même la fin du monde aura des signes précurseurs : « Parmi les signes avant-coureurs de l’Heure suprême, on verra la science disparaître, et l’ignorance s’accroître ; l’adultère sera très fréquent ; on boira beaucoup de vin ; les hommes diminueront de nombre tandis que les femmes deviendront si nombreuses qu’il n’y aura plus qu’un seul homme pour soutenir cinquante femmes » selon Anas Ibn Malik, un compagnon direct du Prophète de l’Islam (Psl).

Et les signes de la fin du règne de Macky Sall à la tête du Sénégal commencent aussi à apparaitre. Les contradictions sont récurrentes et les défis apparents. Naguère, personne n’osait affronter le maître des lieux. Tout était du domaine de l’ineffable. Mais aujourd’hui dans le parti de Macky Sall, les gens deviennent ivres sans qu’ils aient bu une goutte d’alcool. Ils deviennent fous à la veilles Locales. Le désordre s’installe de plus en plus dans le parti au pouvoir.

Nonobstant les menaces du président du Parti de L’APR, Macky Sall, sur les listes parallèles, des candidats affichent ouvertement leur défiance aux directives du chef ; Saint-Louis, Dakar, Kaolack, Khombole, des responsables de l’APR déclare publiquement leur candidature sans attendre les consignes du parti. Et pis, des voix s’élèvent pour critiquer ouvertement celui qu’on appelle, le PATRON. Et la critique la plus dure vient de quelqu’un qui n’a pas sa langue dans poche.

Adama Faye est le frère de la première dame…Donc beau-frère du chef de l’Etat et président du parti APR. Ces critiques à l’encontre du président sont très dures. « Nous ne sommes pas dans un royaume » a-t-il déclaré ouvertement sur le règne de son beau-frère. Et figurez-vous que ce n’est pas nouveau pour Adama Faye. Des critiques et des vérités, il les assène sans « filtre ». Et même avant en prévision des émeutes sanglantes du mois de mars, il avait indexé le pouvoir.

C’était le 22 février 2021

Adama Faye responsable politique de Grand-Yoff avait invité certains hommes politiques à la pondération dans cette affaire (Ndlr : affaire Sonko). Mieux, il avait dénoncé une attitude qui prenait de l’ampleur dans le champ politique sénégalais : « On vilipende, on verse dans la médisance et on tente de liquider politiquement, moralement un citoyen sénégalais. Et que celui qui n’a jamais fauté jette la première pierre », avait-il déclaré dans les colonnes du quotidien la Tribune.

Aujourd’hui, c’est ce même Adama Faye qui défie Macky Sall en déclarant « se présenter par force aux locales » contre la volonté de son président de parti et beau-frère. Et il n’est pas le seul. C’est une floraison de déclarations de candidatures aux locales de 2022 qui viennent défier l’autorité de Macky Sall. Des signes qui en disent long sur la suite du mandat en cours du président de la République qui ne sera pas de tout repos…

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire