L’intersyndicale de la Sonatel, sur le pied de guerre contre les projets de France Telecom

En conférence de presse, ce mercredi, dans la commune de Dakar-Plateau, L’intersyndicale de la Sonatel, les secrétaires généraux du Syndicat des travailleurs de la Sonatel (Syts) et du Syndicat national des travailleurs des postes et télécommunications, ont craché du feu sur, les projets de transformation imposés à la société par sa partenaire France Telecom. Ces derniers soutiennent que  les objectifs cachés de ces projets ne sont rien d’autre que le démantèlement du Groupe Sonatel et la réduction de son personnel.

Une réduction déjà palpable, à travers, la multitude de Boutiques Orange qui viennent concurrencer les Agences commerciales, fait savoir, Ndèye Founé Niang, sur la multitude des boutiques “Orange” qui, dit-elle, est devenue un frein. «Ces Boutiques “Orange” constituent une grande menace pour nous et surtout pour nos jeunes agents. «France télécom a violé des pactes qu’on avait conclus. Nous nous sommes rendus ensemble aux deux Guinées, mais elle est allée installer ses filiales, toute seule au Niger.  Si cela continue, en 2017, nous allons nous retrouver avec une coquille vide à la Sonatel», se désole la dame. Qui ajoute : «nous sommes leaders et nous continueront de maintenir notre position de leaders».

« L’Intersyndicale plus que jamais déterminée, s’est engagée à mener la bataille contre une Direction générale à la solde de FT-Orange et qui a fini de perdre tout crédit aux yeux des travailleurs et de toute l’opinion sénégalaise », affirme t-elle.

Très en verve face aux journalistes, Mme Ndèye Founé Niang, souligne quelle interpelle l’Etat pour une réadaptation du Code des télécommunications vis-à-vis de l’environnement du secteur qui évolue, de façon ultra rapide, un renforcement de sa participation dans le capital de Sonatel, afin d’éviter sa filialisation définitive par son partenaire stratégique France Télécom (42%), et une évaluation exhaustive du partenariat FT-Orange et Sonatel depuis la privatisation de 1997, entre autres.{jcomments on}

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire