Les contradictions d’Idrissa Seck

«Je commence l’an zéro de ma vie politique», a lancé le patron de Rewmi à ses militants à Thiès au détour de la campagne électorale pour les législatives. Que faisait alors Idrissa Seck avant l’année 2012 ? Le maire de Thiès, qui affiche la posture de la victime politique, continue ses gémissements en affirmant qu’il a subi un gigantesque complot d’Etat et une agression totale de l’ancien régime qui avait restreint sa liberté de circuler au Sénégal.

Rien de nouveau sous les cocotiers. Idrissa Seck sert aux Sénégalais un vieux disque pour se redonner une virginité politique et surfer sur la vague d’état de grâce de l’actuel Président de la République, Macky Sall.

Le leader de Rewmi devrait se rendre à l’évidence : depuis l’élection présidentielle de 2012, il est rentré dans les rangs comme nombre de leaders politiques. Sa soi-disante agression totale par l’ancien régime n’était que le fruit de ses complots politiques avec Abdoulaye Wade. Avant que le peuple sénégalais ne le découvre sous son vrai jour, Idy avait jouit de la sympathie de tous qui voyaient alors en lui l’alternative à Wade. Mais, ses volte-face, ses entrées et sorties au Palais pour «dealer» avec Wade sur le dos des Sénégalais a écorné gravement sa réputation. Depuis, politiquement parlant, tout va de mal en pis pour l’ancien Premier ministre du Sénégal. Leader de l’opposition au sortir de l’élection présidentielle de 2007, un statut qu’il aurait négocié même avec Wade d l’avis du Colonel Malick Cissé, Idrissa Seck a connu par la suite une descente aux enfers politiques qui a définitivement enterré ses ambitions présidentielles.

L’année 2012 a sonné pour lui et ses partisans pour la fin des illusions et le retour à une réalité crue : les Sénégalais n’avaient plus confiance en cet homme politique aussi intelligent que contradictoire. Suprême affront : Macky Sall, l’homme dont Idy se targue d’avoir contribué à faire un ministre sous Wade au début de l’alternance de 2000, devient Président du Sénégal. Joli pied de nez de l’histoire pour qui sait avec quelle arrogance le patron de Rewmi traitait Macky Sall. En peu d’années, Macky-le banni a supplanté dans le cœur des Sénégalais Idy-le revanchard. Ce dernier n’en est pas à une contradiction près quand il se met dans la peau de l’éternelle victime du régime de Wade. A sa sortie de prison, pour l’affaire des Chantiers de Thiès, il a eu largement le temps de se reconstituer politiquement en créant son Rewmi avant de se mettre en perspectives son plan présidentiel. Avec sa fortune colossale, dont il ne parvient toujours pas à expliquer l’origine aux Sénégalais, il a sillonné le monde comme bon lui semblait et s’est permis de débaucher une ancienne stagiaire à la Maison blanche pour en faire sa directrice de campagne et de convaincre de brillants sénégalais issus de la diaspora de faire cause commune avec lui. Qui est alors ici la victime ? Le peuple sénégalais ou Idrissa Seck ? Les erreurs politiques se payant cash, Idrissa Seck devraient savoir que les Sénégalais ne sont pas amnésiques (contrairement à lui) et que les mêmes causes conduiront inexorablement aux mêmes effets.{jcomments on}

 

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire