Le Président Macky Sall : Du Yoonu Yokkuté au Yoonu Yakkaté !

« Quand on a tout ce que l’on veut, il est difficile de vouloir tout ce que l’on doit ».

Macky Sall a été élu Président de la République du Sénégal au terme du second tour de la Présidentielle, le 25 Mars 2012. Et, c’était sur un score plébiscitaire de plus de 65% des voix. Disons que le peuple sénégalais qui luisait de désespoir avec la gestion bancale, méphitique, calamiteuse d’Abdoulaye Wade votait plus contre le maître que pour l’apprenti. Il se trépignait d’impatience pour en finir avec cet homme qui, douze(12) ans durant, ne cessait de lui percer l’âme.

Notre doyen Babacar Justin Ndiaye, journaliste-politologue a vu juste lorsqu’il dit : « Les sénégalais ont davantage chassé Wade qu’élu Macky» .Disons-le sans déguisement : l’élection de Macky Sall à la tête de notre pays est une surprise car, le principal concerné, lui-même, n’y croyait même pas !

Comme bien de mes compatriotes, je crois dur comme fer que le leader en chef de l’APR ne fera et ne peut pas faire mieux que son prédécesseur, Me Wade. Je m’aligne sur la même ligne que ceux qui pensent que les sénégalais ne « savent »pas voter. Celui qui a eu à sloganiser sur tous les toits le « Yonu Yokkuté » (la route vers l’émergence, le développement) jusqu’à prendre dans ses mailles la presque totalité des électeurs vient d’ouvrir le cycle de « Yonu Yakkaté » (la voie pour la dilapidation, la ruine de nos pauvres ressources) avec la tenue impopulaire de conseils des ministres délocalisés. A chaque étape, le nouvel élu avec sa bande de nouveaux copains gaspillent l’argent public comme  des singes chapardeurs : une délégation de plus de 200 personnes déplacées,  des locations d’hôtels qui nous coûtent la peau des fesses, des per diem maous attribués. Nous sommes, ma foi,  entrain d’assister à du vrai Wadisme sans Wade.

Environné d’opportunistes, de revanchards et autres pillards, Macky nous emberlificote en nous promettant du neuf. Rien de cela ! Partout, les regrets commencent à  empester et à infester l’atmosphère et, la dernière preuve en date, la création du tout nouveau mouvement « Réthiou »(le regret) à Touba. Au lieu de s’atteler à abréger les maux du peuple meurtri par l’ancien régime, le Président Macky  lui gave de simples mots fait avec des discours synonymes de roupie de sansonnet .Il ne se soucie guère des problèmes qui nous accablent comme les coupures d’électricité, la cherté des denrées de base pour ne citer que ceux-là mais, se fait le malin plaisir de contenter ses propres désirs par la promotion des membres de sa famille, sa belle famille, ses amis et ses proches. Il oublie vite le virus qui a emporté le régime libéral au tombeau.

Jamais dans l’histoire politique de notre pays l’on a eu un Président de la République aussi faible, aussi incapable que Macky Sall. C’est pourquoi, il urge de se lever pour sauver la République malade de Wade et qui reste tombe entre les mains inexpertes d’un médecin  apprenti. Mis à l’épreuve de la gestion étatique depuis  plus de trois mois, Macky pédale dans la semoule ! Il nous abrutit avec des convocations à la DIC, des emprisonnements à la pelle. Lui qui est né de parents pauvres, fauché comme des blés d’avant 2000,  entend montrer la marche à suivre aux pilleurs de la République .Je pense que cet ancien voleur de la République n’a pas les  coudées franches  pour traquer ses compères, aujourd’hui perdus dans le maquis. Il doit savoir que ses alliés actuels mènent des actions sournoises pour le culbuter ; ils travaillent à sa perte. Le Sénégal est un pays de pardon, de téranga et que toute acte de vengeance ne fait que nous retarder par ce que susceptible d’être un tison d’un conflit civil. Tout le monde sait que les Moustapha Niasse, Tanor Dieng et all (et les autres) n’ont pas hérité d’argent ni de patrimoines conséquents. Ils ont toujours été dans l’administration et pourtant, ils sont tous riches à milliards. Visez la suite…

Dans un récent dossier consacré aux détournements et versements irréguliers de fonds à l’occasion de la tenue du FESMAN, un journal de la place a voulu semé la confusion en citant, par exemple,  le nom de l’ancien Ministre de la Culture, le  Docteur Serigne Modou Bousso Lèye comme bénéficiaire de ces deniers au même titre que Karim, Sindiély, Loum Diagne, Aziz Sow. Nous qui suivions avec intérêt le déroulement de ce festival savons que le sieur Lèye n’avait pu jouer le rôle qui devait lui convenir dans cette rencontre. Pour des intérêts bassement matériels, on l’avait peu responsabilisé et c’est archi-faux de l’imputer des fautes à quelque niveau que ce soit. Il est un homme  porteur de valeurs de référence qui a laissé une image positive partout où il a servi. C’est sa gestion vertueuse au Ministère de la  Culture qui faisait qu’il était victime d’une cabale lui valant son limogeage du gouvernement de Souleymane Ndéné Ndiaye. Ce responsable politique de qualité au niveau de la grande banlieue dakaroise (Pikine et Guédiawaye) et ancienne victime du clan des Wade comme Macky l’était, du reste,  ne doit pas être servi dans ce plat-là.{jcomments on}

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire