La vie intime étalée jusque dans les réseaux sociaux, qu’en pensent les Sénégalais?

dangerrrrr

Jusqu’où ira-ton avec les dérives d’Internet. Aujourd’hui, des choses horribles se passent au niveau des réseaux sociaux. Ce qui était censé rester secret est divulgué sur la toile et de manière éhontée. Un reportage effectué dans une école de la place nous a permis de voir plus clair sur les tenants et aboutissants d’une telle situation.

Pape Madogal Diop, journaliste et chargé de la communication événementielle de ladite école, déclare que «les réseaux sociaux sont importants. L’outil Internet est très efficace dans nos différentes recherches estudiantines. Malheureusement, nous, la jeune génération nous nous servons de cet outil à d’autres fins. La plupart du temps nous ne faisons que regarder des sites qui ne nous servent à rien. Je prends l’exemple sur moi, avant que je n’ais un travail il m’arrivait de passer toute la nuit sur la toile».
A Madogal de continuer par ceci: «les étudiants devraient utiliser ces réseaux pour les recherches dans le cadre des études. Avec les réseaux tu peux avoir des documents de cours venant des professeurs les plus imminents. Mais aussi ça te permet de communiquer avec des parents et proches malgré la distance». Parlant des déboires, il juge que «la responsabilité est partagée entre les sites sur internet et la population sans oublier le gouvernement, car une vie privée doit respect secrète. Pour le cas des personnes qui mettent les photos dénudées sur la toile, l’Etat doit les sanctionner car c’est un cas d’atteinte à la pudeur».
Pour Pape Makhfou Fall, un photographe de la cinquantaine, il y aura toujours débats autour des réseaux sociaux. «Je crois que certains ne peuvent pas faire de différence entre les images privées qui doivent rester intimes et celles soumises au public. La plupart du temps c’est les filles qui s’y collent. Le monde est arrivé à un niveau de développement où les gens sont capables de retoucher les images avec des logiciels. On ne doit pas envoyer nos photos à n’importe qui. Car l’image est sacrée, c’est un message à l’endroit des filles soyez prudente dans la vie», a laissé entendre le sieur Fall.
Alassane Ndiaye, étudiant en licence, abonde dans le même sens que ces prédécesseurs: «les réseaux sociaux ont un impact sur notre mode de vie d’une part, de l’autre il nous permet d’avoir certaines notions. Je crois que les réseaux sociaux sont plus bénéfiques que contraignants. Le gouvernement doit sécuriser l’accès pour les enfants et autres personnes animées de mauvaises volontés. Le domaine public ne doit pas être mélangé avec celui public. Une personne publique doit avoir sa vie intime et cela est valable pour la personne lambda».
Katy Fama Gomis, étudiante elle aussi, s’est exprimée sur la double casquette que peut arborer les réseaux sociaux. «Grâce aux réseaux sociaux, beaucoup de familles se sont retrouvées. Mais il y a des cotés néfastes: de nos jours, on constate certaines publications de photos qui devraient être réprimandées. Je demande à mes camarades d’être plus prudents car la plupart de ces images sont envoyés entre petits-amis. Aujourd’hui c’est la jeunesse mais bientôt le temps des regrets avec le mariage et la famille à côté. Je suis étonnée de voir des personnes qui passent tout leur temps sur ces réseaux».
Maimouna Sy, une autre étudiante en Banque-Finance et Assurance ,donne ses impressions «Pas mal de familles partagent des choses à travers les réseaux, et beaucoup de gens se retrouvent aussi via le net. Franchement il y a des choses positives, comme les informations sur l’actualité. Mais nous constatons que la plupart du temps certains y mettent du n’importe quoi. C’est déplorable pour nous la jeune génération, car on aime trop s’afficher Si les gens ne peuvent pas s’en passer, qu’ils mettent au moins des images décentes. On doit se focaliser sur l’intérêt des leçons de moral à travers les réseaux sociaux».
Pour Hamza, la dernière intervenante, les réseaux sociaux causent pas mal d’ennuis aux gens. «Dans les réseaux sociaux on rencontre des problèmes car notre intimité est partagée. Je crois que le cas de Mbathio Ndiaye doit nous servir de leçon. Une image envoyée à son petit-ami qui finit par se retrouver partout sur les réseaux. Je demande aux filles d’être prudentes sur ces pratiques car un jour l’histoire nous rattrapera. Et le net n’effacera jamais ces images, notre responsabilité y va de plein pied. Les images intimes se gardent pour soi, restons positifs vis-à-vis du net car c’est important», a exhorté la jeune demoiselle.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire