La 13e législature marquée par des levées d’immunité parlementaire

legislatives avec 47 bulletins l assemblee nationale se penche sur cette polemique

La 13e législature a été fortement marquée par plusieurs levées d’immunité parlementaire de députés cités dans des affaires de mœurs, de trafics de faux billets et de passeports diplomatiques, des faits divers qui ont écorné l’image de l’Assemblée nationale.

L’APS rappelle que le 14 novembre 2019, après seulement deux ans à l’hémicycle, le député Seydina Fall Boughazelli, membre de l’Alliance pour la République (APR), responsable politique à Guédiawaye, est arrêté par les gendarmes de la section de recherches pour détention de faux billets de banque d’une valeur de plusieurs millions de francs Cfa. Il démissionne de son poste de député pour, dit-il, «mettre à l’aise le chef de l’Etat». Le 05 février 2021, (…) une jeune fille travaillant dans un salon de massage a porté plainte contre l’opposant Ousmane Sonko pour viols répétitifs et menaces de mort. Convoqué par la gendarmerie, le député, arrivé troisième à la dernière présidentielle, dénonce un complot ourdi par la majorité, demande la levée de son immunité parlementaire avant de déférer à toute convocation.

En septembre 2021, deux autres députés de l’APR sont cités dans une affaire de trafic de passeports diplomatiques. El Hadji Mamadou Sall et Boubacar Biaye, élus de la coalition présidentielle Benno Bokk Yakaar, nient toute implication dans ce trafic.

Le 8 juillet 2022, le tribunal de grande instance de Dakar accorde la liberté provisoire au député de l’opposition Cheikh Abdou Bara Dolly, placé sous mandat de dépôt depuis le 10 juin pour offense au chef de l’Etat. Le 17 juin 2022, les députés de l’opposition Déthié Fall et Mame Diarra Fam sont arrêtés à Dakar, le jour de la manifestation interdite de la coalition Yewwi Askan Wi.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire