Kédougou-duel APR-PDS aux locales de 2014 : La bataille du Niokolo aura bien lieu

Dans le département de Kédougou, les prochaines locales s’annoncent épiques. Aussi bien à l’élection présidentielle qu’aux législatives, les libéraux ont dompté les «Apéristes». Cette fois, avec  le départ de la barque libérale d’Adja Aissata Aya Ndiaye, les observateurs politiques prédisent de chaudes empoignades avec son ancien protégé, le député libéral Mamadou Hadji Cissé. La deuxième vice-présidente du Conseil régional promet « l’enfer » aux partisans du président de la Chambre de commerce, d’industrie et d’artisanat de Kédougou.

Il n’est un secret pour personne à Kédougou que la dame Adja Aissata Aya Ndiaye a pesé de tout son poids dans le duel  pour le contrôle de la fédération Pds entre Moustapha Mamba Guirassy, l’ancien ministre et actuel édile de la ville et Mamadou Hadji Cissé, le jeune et richissime homme d’affaires passé président de la Chambre de commerce, d’industrie et d’artisanat de Kédougou et député à l’Assemblée nationale. «Il avait ses espèces sonnantes et trébuchantes certes, mais Adja avait un beau monde, la mixture ne pouvait que défaire les autres se dressant sur leur chemin» confie un analyste politique.

En effet, quand sont arrivées les législatives, les libéraux ayant déjà bu le calice jusqu’à la lie au plan national (ils avaient gagné dans le département de Kédougou), Moustapha Mamba Guirassy a rejoint la liste de  Bokk Guis Guis, et son adversaire Mamadou Hadji Cissé  a conduit la liste départementale du Pds. «Tous verront cette fois ci plus clairement qui de moi ou de Guirassy est majoritaire dans ce département», avait signifié Mr Cissé. Kédougou est devenu l’un des rares départements du pays à avoir été rempoté par les libéraux.

« Si Mamadou Hadji Cissé s’est jusqu’ici fait prévaloir d’une majorité à Kédougou, c’est parce qu’il avait à ses côtés une intrépide militante de la cause de Kédougou, Adja Aissata Aya Ndiaye. Celle-ci a pris congé de lui, je puis vous assurer que c’est la fin du Pds qui a sonné à Kédougou », a expliqué Abou Diop, un jeune enseignant membre de l’Apr. Pour célébrer l’an 1 de l’accession de Macky Sall à la magistrature suprême, le 25 mars dernier, les «Apéristes», sous la houlette de la deuxième vice présidente du Conseil régional ont tenu une grande messe ayant également consacré le ralliement de cinq des six présidents de conseil rural du département de Kédougou.
 
 
LES DONNEES CHANGENT, ADJA AYA REJOINT L’APR ET HADJI CISSE RESTE AU PDS.
 
«Nous allons cette fois ci prendre une sacrée revanche sur le Pds, parce que tous les jours que Dieu fait, nous nous battons pour le plein épanouissement des populations de cette région qui nous a tout donné », avancera celle que l’on appelle affectueusement ici la lionne du Niokolo .

A la question de savoir si elle ne va pas faire des jaloux chez les militants de la première heure au point d’entrainer le parti dans la spirale des querelles de tendances, Adja répondra que cela est certes inévitable, mais « Kédougou  fera exception parce qu’elle ira à l’essentiel, le seul intérêt des populations ». La présidente du célèbre groupement « Koba Club », deux à trois fois détenteur du grand prix du chef de l’Etat, terminera justement en laissant entendre sa confiance en Macky Sall qui pourrait «enfin faire sortir les populations de Kédougou de l’étau de la pauvreté. Nous espérons vivement que les populations bénéficieront réellement des retombées sociales et économiques des opérations minières qui pour l’instant ne font que les saliver, même si quelque part l’on dit que quatre milliards de nos francs sont depuis 2008 investis ici dans le cadre du programme social minier ».{jcomments on}

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire