IPAR, pour un meilleur suivi des progrès qui sont réalisés pour l’atteinte des OMD

« A quelques mois de la date d’échéance des OMD en 2015, il devient plus qu’urgent de réfléchir sur le nouveau programme de développement qui devrait succéder aux OMD. On ne peut pas continuer à bâtir des politiques sans avoir des données fiables. Il faut que nos politiques soient basées sur des évidences scientifiques », a indique, M.Abdoulaye Baldé, le ministre du plan, ce mardi au cours d’un atelier de lancement portant sur « Une révolution des données pour informer le programme de développement Post-2015, » organisé par l’Initiative prospective agricole et rurale (IPAR).

Dans une dynamique de maintenir cap de faire sortir les populations du seuil de l’extrême pauvreté et de soutenir le développement durable, les bailleurs veulent se pencher sur le programme de développement Post-2015. A cet effet, l’Ipar a engagé le monitoring des résultats des OMD dont la date butoir est à l’approche : 2015, afin de réfléchir sur les meilleures voies d’appropriation des programmes de développement à travers l’obtention de données adaptées aux besoins des cibles pour l’atteinte de ces objectifs.

Cependant, le ministre du plan, M.Balde a relevé que les OMD ont permis de réaliser des progrès sans précédent en matière de développement. Ainsi, le rapport du Panel de haut niveau des éminentes personnalités chargé du programme de développement pour l’après-2015 des Nations Unies, il avance que la réduction de la pauvreté la plus rapide de l’histoire de l’humanité a été observée lors des 13 années qui ont suivi l’entrée dans le nouveau millénaire. Il a également souligné le nombre de personnes vivant en dessous du seuil de pauvreté international fixé à 1,25 dollar par jour et qui a diminué d’un demi-milliard.

Ce conclave va permettre d’identifier les opportunités et les défis qui pourraient découler de la mise en œuvre d’un cadre qui soit à la fois universel et pertinent au niveau national afin d’évaluer l’adéquation des données pour un meilleur suivi des progrès qui sont réalisés pour l’atteinte des OMD.

Selon le représentant résident de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (Fao), Vincent Martin, « de nombreux pays accomplissent de progrès notables […] mais près d’un milliard de personnes n’ont pas accès à un régime alimentaire sain. Pour l’après 2015 des OMD, il s’agira de nourrir les êtres humains et de prendre soin de leur épanouissement ».

Pour M. Cheikh Oumar Bâ directeur exécutif de l’IPAR estime que l’initiative de sa structure porte sur le cadre de développement après-2015 et la révolution des données et qui est conduite par Center for Policy Dialogue (CPD) et North South Institute (NSI) en collaboration avec Southern Voice on Post-MDG International Development Goals. Elle concerne six pays : Bangladesh, Canada, Indonésie, Pérou, Sénégal et Tanzanie.{jcomments on}

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire