Il faut tuer Louis Léon Faidherbe. Il faut le pendre. Le lapider. Le déboulonner…

polemique sur la statue de faidherbe

Il faut tuer Louis Léon Faidherbe. Il faut le pendre. Le lapider. Le déboulonner. Oui, il est déjà mort en 1889 à Paris.

Mais il lui faut une seconde mort symbolique. Une manière d’exorciser les démons du colonialisme. Une revanche pour les parents des 28.000 Sénégalais (chiffre fourni par le très placide Iba Der Thiam) qu’il a sauvagement assassinés pour planter le drapeau de la France sur nos terres.

Cela tombe bien, le général à la moustache généreuse trône fièrement sur un piédestal à Saint-Louis. Il faut l’en faire tomber.

Le piétiner. Le casser. Cela redonnerait de la fierté à tous ceux, parmi nos compatriotes, qui souffrent le martyre de voir l’ancien gouverneur du Sénégal prendre la pose à Ndar.

Il faut donc faire tomber Faidherbe. Vite des cordes pour conquérir, du haut de nos résolutions tardives, une indépendance définitive sur la France.

Et, pour ne pas faire les choses à moitié, débaptisons tous ces monuments, rues, avenues qui nous rappellent nos blessures coloniales.

Il ne manque qu’un candidat souverainiste à la prochaine présidentielle pour nous vendre une véritable indépendance.

Il faut croire que la bagatelle serait devenue l’alpha et l’oméga dans notre pays pour penser que c’est en pourchassant notre passé que nous construirons notre avenir. Il y a tellement de combats plus utiles à mener.

Par Sidy Diop

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire