Dip Doundou Guiss revient sur son clash avec Omzo Dollar sur son succès total en 2016, il dit tout

adip

Nous sommes partis du côté de Grand Yoff, au studio Rep’tyle Music pour être plus précis, l’occasion pour nous de rencontrer Dip Doundou Guiss. Pour ceux qui ne le connaissent pas Dip Doundou Guiss est un jeune rappeur qui a marqué de son empreinte indélébile cette année 2016. A travers ses titres, ses concerts à guichets fermés et aussi et surtout son clash avec Omzo Dollar, il a occupé les devants de la scène. Dip Doundou Guis nous parle de son album, de ses projets futurs, de son entourage et du clash bien sûr. 

« Nous vous saluons Dip Doundou Guiss, tout d’abord la question qui nous brûle les lèvres c’est quelles sont les influences musicales de Dip Doundou Guiss ?
Bon parlant de mes influences, je dirai plutôt que je n’en ai pas juste une. Parce que j’écoute de tout, je m’ouvre musicalement. La preuve je suis tout le temps sur Youtube pour voir les nouveautés et sur d’autres plateformes aussi.
« Vous avez récemment sorti un album, TLK en l’occurrence, quels ont été les retours par rapport à ce projet ?
J’ai eu des retours positifs, très positifs parce que ce que j’attendais comme sonorités et musicalité j’ai eu à l’obtenir. Et en plus de cela les gens ont été sensibles à cela donc pour moi, c’est une satisfaction, l’album TLK. Je voulais faire ressentir aux gens ces émotions de tristesse, d’amour et j’ai constaté que ça leur a parlé donc je suis satisfait encore une fois.
« Effectivement nous avons senti beaucoup de musicalités dans cet album, était-ce pour toucher un public international ?
Oui nous avons travaillé dans ce sens-là dans la mesure où nous avons produit un album qui peut plaire à une personne qui ne parle pas forcément le wolof. Pour que notre musique, notre rap puisse dépasser les frontières, il faut en effet, essayer de toucher ce qui rend la musique universelle et je pense que c’est la musicalité simplement. Et au Sénégal, des artistes sont conscients de cela à l’exemple d’Akhlou Brick Paradise, d’Elzo Jamdong et tant d’autres. Pour mon album je pense ne pas avoir touché la chose suffisante pour prétendre être international mais nous sommes en route pour l’être ça va de soi.
« Nous avons vu que vous allez performer le 30 de ce mois comme Omzo Dollar d’ailleurs, pourquoi le choix de cette date ?
A la base ce n’était pas une date qui était mienne. Il y a eu un promoteur qui nous a proposé de jouer ce jour-là, il nous a payé et nous avons accepté sinon ce n’était pas notre date à la base. Je tiens à préciser que ce n’était pas un artiste mais un organisateur.
« Donc Dip Doundou Guiss n’a pas voulu toucher ou froisser même l’événement de Omzo Dollar ?
Ce n’est pas là la question. C’était une date que m’a proposé un promoteur et que j’ai accepté. Même c’était celle de Youssou Ndour ou de Bob Marley ce serait pareil pour moi.
« Vous êtes élus meilleur artiste masculin pour cette année 2016, et l’on voit que vous êtes en clash avec pas mal de rappeurs, comment expliquez-vous cela ?
Bon je ne dirai pas que c’est de la jalousie parce que le RAP est ainsi fait. Vous savez les clashs, l’égo trip ce sont des paramètres à tenir en compte lorsqu’on évolue dans ce game et vue que je suis le meilleur, c’est tout à fait normal que je reçoive des piques mais moi aussi je sais en donner. A chaque fois que je m’y mets ça crée une polémique. Je pense que je fais ça bien (rires). Mais en tout cas voilà c’est du RAP et ça sera toujours comme cela.
« Nous arrivons au terme de cet entretien, quel est votre dernier mot ?
Pour le dernier mot, je tiens à remercier mes fans sans eux rien de tout cela ne serait arrivé. Je suis content et fier de tout l’appui venant d’eux et je leur réserve pas mal de surprises. Je remercie également l’équipe de journalbic.com.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire