DIOURBEL – Bilan de la réunion avortée à la mairie : Des vitres cassées et des blessés

La mairie de Diourbel est sens dessus-dessous après la casse qui a eu lieu hier, empêchant du coup la tenue de la réunion convoquée par le maire. Des plaintes seront déposées contre des conseillers municipaux. C’est la suite du feuilleton de la gestion de la mairie dirigée par Jacques Baudin. Les images parlent d’elles-mêmes. Du sang un peu partout, des vitres cassées. Tel était ce lundi le décor du 1er étage de la municipalité de Diourbel. A l’origine, une altercation entre Moussa Diaw Dieng, 1er adjoint au maire et Papa Birima Ndiaye, secrétaire municipal. Il s’en est suivi des empoi­gnades et des coups qui ont abouti à la cassure d’une vitre de la porte gauche du secrétariat. Puis, des conseillers municipaux comme Mamadou Dioum et Ngalle Niang ont fracassé la vitre de la porte.

Tous les deux en tirent d’ailleurs des blessures, tout comme la secrétaire. Cette cacophonie qui s’est déroulée sous les yeux des forces de sécurité a constitué un déclic chez le commissaire Djibahir Sarr qui a ramené le clame. Au téléphone, il s’est entre­tenu avec le préfet qui a usé de son entregent auprès du maire pour qu’il renvoie la réunion qui avait pour objet l’examen de l’avant-projet de budget de la gestion 2014. Cette réunion devait réunir autour de Jacques Baudin, ses huit adjoints plus le receveur municipal et le chef de la division des dépenses.

Malheureu­se­ment, à cause de ces incidents la rencontre n’a pu se tenir parce que les 45 conseillers municipaux contempteurs du maire avaient mis à exécution leur menace de saboter la réunion. Ils estiment que «depuis deux ans Jacques Baudin n’a pas participé aux sessions municipales et n’a assisté qu’à deux réunions de bureau depuis son élection en 2009».

Les adversaires de Jacques Baudin accusent le Préfet
En marge de ce conclave renvoyé sine die, les adversaires de Jacques Baudin ont fait face à la presse. Leur porte-parole, Déthié Faye rappelle que M. Baudin avait «violé délibérément les textes du Code des collectivités locales en refusant de convoquer une session extraordinaire sur demande de la majorité des conseillers». M. Faye ajoute que Jacques Baudin a également ignoré les recommandations des autorités administratives dans ce sens. A son avis, le maire a «récidivé» en convoquant une session pour examiner l’avant-projet du budget «qui ne peut se faire qu’après la session d’orientation budgétaire». Les conseillers hostiles au maire indexent le préfet Saër Ndao, considérant que «si une disposition de la loi est violée par le maire, il est la première autorité à devoir le rappeler à l’ordre».

Le préfet : «Je ne porterai jamais un projet politique pour des politiciens»
Le préfet dégage en touche et refuse de s’immiscer dans ce qu’il qualifie de «combat politique». «Je ne vais pas leur servir de bras séculier. Pour ce qui est du contrôle de la légalité, je suis en phase avec le gouverneur. Il est au courant de tout ce que je dois faire. Je ne porterai jamais un projet politique pour des politiciens», précise M. Ndao. En attendant, le secrétaire municipal Papa Birima Ndiaye annonce une plainte contre Mamadou Dioum, Gallé Niang et Dieylani Kébé pour «destruction de biens publics». Sa secrétaire, elle, s’en est sortie avec une Interruption temporaire de travail.{jcomments on}

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire