Débrayage du Saes dans les cinq universités du pays, ce mercredi

asaee

Les enseignements du Supérieur cogitent sur leur départ à la retraite. Leur syndicat, le Saes (syndicat autonome des enseignants du supérieur),  met les bouchées doubles. En débrayant, ce mercredi,  dans les cinq universités du pays. Et un point de presse aujourd’hui précédera le dépôt d’un préavis de grève pour l’année 2017.

En effet, l’Université Cheikh anta Diop se vide de sa matière grise. Ils sont au nombre de 85 professeurs, à l’Université, à partir en retraite cette année, contre 82 l’année dernière. Un énorme gap à combler pour les étudiants qui peinent à trouver des encadreurs pour les mémoires de maîtrise et autres thèses de doctorat. Sur ce, certains retraités ont été maintenus, malgré eux, en activité en tant que vacataires.

A en croire ces enseignants, l’Etat ne recrute pas suffisamment. Et avec les nouvelles réformes, les étudiants sont les premières victimes du système Lmd. « S’il n’y a pas d’encadrement, s’il n’y a pas de Master, à l’heure actuelle, beaucoup d’universités au Sénégal ne sont pas préparées. Parce que la réforme Licence-master-doctorat (Lmd) est un bloc», plaide Moustapha Sall, secrétaire général adjoint du Saes.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire