Cancer du sein et du col de l’utérus:La JCI DakarN1,veut vaincre les tabous par le dépistage précoce

La mortalité liée aux cancers du sein et du col de l’utérus devient de plus en plus préoccupante. Au Sénégal, le cancer occupe la deuxième cause de mortalité des femmes. Le dépistage précoce est le moyen le plus efficace pour mettre fin à la souffrance de ces nombreuses femmes qui sollicitent des soins tardivement, au moment où les médecins ne peuvent quasiment plus rien faire. Pour cette raison, le dépistage doit être démocratisé et décentralisé. C’est dans ce cadre que se situe la campagne de promotion de La jeune chambre Internationale Dakar N1, et avec slogan’’Tous Unis contre le cancer’’.En conférence de presse, ce mardi après midi, en prélude des journées de dépistage gratuit du cancer du sein et du col de l’utérus a Thilogne(Matam), du 07 au 08mars2014. Pour cette 5eme édition, qui coïncide avec la journée mondiale de la femme, la Jeune Chambre International Dakar n1 en partenariat avec la Bank Of Africa (BOA),  veut vaincre les tabous par le dépistage précoce.

Dr Kassé a longuement insisté sur la prévention, qui permet de lutter efficacement contre le cancer du col de l’utérus. Des dépistages précoces aux vaccins contre le mal, Dr Abdoul Aziz Kassé a plaidé pour une campagne nationale de sensibilisation des populations. L’idée est de développer chez elles, le réflexe de prévenir la maladie qui arrivée à un niveau de développement, devient incurable.         

Il faut rappeler qu’à l’échelle mondiale, le cancer du col de l’utérus est, en termes de fréquence, le deuxième cancer touchant les femmes, avec 452.000 nouveaux cas par an, dont les trois quarts vivent dans des pays en développement. C’est le cancer le plus répandu parmi la population féminine de ces pays où il représente la première cause de mortalité chez les femmes d’une cinquantaine d’années.

En effet, malgré l’importance de ce cancer en termes de santé publique, la plupart des pays en développement ne possèdent pas de programme de prévention efficace, si bien que le risque de cancer du col et la mortalité qui lui est associée, sont loin d’être maîtrisés, fait savoir M.Kassé très en verve face aux journalistes. C’est d’autant plus regrettable que les cancers invasifs du col sont précédés par une longue période de la maladie à l’état précancéreux, période pendant laquelle, les lésions  précancéreuses peuvent être aisément détectées lors d’un test de dépistage, puis traitées de façon simple et efficace, permettant ainsi d’éviter leur progression vers un cancer invasif, a-t-il ajouté.

Pourtant l’efficacité du dépistage cytologique est très connue, mais malheureusement, il n’entre pas toujours dans les moyens des services sanitaires de nombreux pays en développement, ce qui justifie l’étude d’autres méthodes de détection précoce des néoplasies cervicales, en particulier les techniques reposant sur un examen visuel.{jcomments on}

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire