Afirque-Démongrahie : La situation l’Institut de recherches démographiques de Yaoundé « encore fragil

Le Président du Conseil d’administration (PCA) de l’Institut de formation et de recherches démographiques (IFORD), Ibrahima Bâ, a déploré, vendredi à Dakar, la fragilité de la situation de cet organisme inter-étatique qui forme les démographes de 23 Etats africains dont le Sénégal. « […] Malgré les apparences », la situation financière de l’IFORD « reste très fragile », a-t-il déclaré dans un discours, à l’occasion de la 34ème session ordinaire du Conseil d’administration de cet institut basé à Yaoundé (Cameroun), exhortant chacun à en « prendre conscience ».

« Les financements apportés ou générés ne permettent à l’IFORD que de couvrir au mieux que 45 % de son budget annuel, et dans ces 45 %, les 35 % proviennent de la formation longue durée et les 10 % seulement des autres ressources, y compris les contributions statuaires des Etats », a-t-il précisé.

Il a affirmé que tous les efforts entrepris, pour le redressement de l’IFORD, « ne peuvent conduire aux résultats escomptés que si chacun de nous, chacun de nos Etats s’engage résolument à accompagner l’IFORD dans cette nouvelle voie ».

Pour cela, a-t-il suggéré, les Etats devront payer leurs contributions statutaires, s’acquitter « à temps des frais de formation » de leurs ressortissants et confier à l’IFORD certains de leurs travaux de consultance.

Il a souligné la poursuite, depuis la réunion de septembre 2012 à Abidjan (Côte d’Ivoire), de « l’action de redressement » de l’institut, « avec l’appui de sa direction exécutive ». Il s’agit, a-t-il souligné, « de le remettre en confiance vis-à-vis des partenaires ».

Selon lui, « le redressement de l’IFORD devrait aussi se consolider au niveau financier et administratif avec une gestion tendant chaque jour vers le respect de l’éthique et de la bonne gouvernance ».

Certes, « les décisions prises ne plaisent pas toujours à tout le monde, mais l’institut doit avancer, malgré les difficultés conjoncturelles qu’il connaît actuellement, et se maintenir au sommet de l’excellence, et surtout, s’y maintenir, en permettant à chaque personnel de se retrouver à sa place au sein de l’Institut ».

Selon le Directeur général de l’Agence nationale de la statistique et de la démographie (ANSD) du Sénégal, Babacar Fall, l’IFORD est aujourd’hui en train de se revigorer.

« L’IFORD est en train vraiment de se renforcer. Il faut le rappeler, l’école a traversé des moments difficiles, surtout pendant la période de 2000 à 2005 […], mais aujourd’hui, (elle) est en train de se revigorer avec le renforcement de la contribution des Etats », a-t-il dit à l’APS.

Il a précisé que la 34ème session ordinaire de l’IFORD sera axée sur le fonctionnement de l’Institut et de sa situation budgétaire et financière. Il s’agira aussi de « voir comment l’institut a fonctionné pendant l’année dernière » et « comment les ressources qui avaient été mises à sa disposition ont été utilisées », avant de « dégager des perspectives ».{jcomments on}

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire