Affrontements Sanglants entre policiers et populations

yeumbeul 1

Saint-Louis a vécu une matinée chaude hier. Pendant plus de cinq heures, de violents affrontements ont opposé les populations de Guet-ndar aux forces de l’ordre (policiers et de gendarmes). Tout est parti de la décision prise par la mairie de Saint-Louis de démolir les deux mosquées de Guet ndar. Les forces ont assiégé, dès 4 heures du matin, la zone où ils ont rencontré une farouche riposte de la part des populations.

Après avoir reculé devant les responsables des deux mosquées de Guet-Ndar qui avaient opposé un niet quant à la démolition de leurs lieux de culte, la municipalité a mûri un second plan qui, malheureusement capoté, a hier. Pourtant, tout a été bien planifié dans la plus grande discrétion et hier tôt le matin les éléments du Groupement Mobile d’Intervention (Gmi) renforcés par le véhicule à lance eau ont quadrillé toutes les issues des deux lieux de culte. Mais c’était sans compter avec les populations qui se sont regroupées pour voir quelle stratégie adopter afin de faire aux forces de l’ordre armées jusqu’aux dents.

Il s’en est suivi des échauffourées entre les limiers et des jeunes réfractaires à la démolition des deux mosquées, les seules qui restent sur les berges. Le retard noté dans l’acheminement des pelles chargées de démolir les mosquées est à l’origine de cette situation qui a fait capoter l’opération. En effet, elles ont connu un retard à rentrer à Saint-Louis. Malheureusement, le convoi des pelles n’est finalement arrivé dans la capitale du nord que vers les coups de 11 heures, trouvant sur place des jeunes déterminés à en découdre avec les limiers. Ces défaillances constatées ont poussée les autorités à se replier. Le face-à-face entre les deux camps a été très houleux. Les guet-ndariens utilisaient des pierres et les policiers lançaient des grenades lacrymogènes pour riposter. Le début de la seine a été noir hier à Guet-ndar. L’opération de désencombrement des berges a encore connu un échec. Le décor noté est inhabituel.

LES CONDUCTEURS DES CATERPILLAR REFUSENT DE DEMOLIR PAR MORALE

Les manoeuvres ont été suspendues et les démolitions reportées sine die. Les conducteurs des Caterpillar bien encadrés pourtant par les policiers ont signifié à ces derniers que leur morale ne leur permettait pas de démolir ces lieux de culte où prient de paisibles citoyens avant de descendre les engins. Le patron de la police a insisté en leur signifiant que leur sécurité est garantie, mais les conducteurs refusent d’abdiquer. Face à cette situation inattendue, les policiers étaient contraints de se replier au moment où les populations jubilaient. Ce sera pour combien de temps ? Le temps nous édifiera. L’opération a été dénoncée par le président de la Commission des Affaires domaniales Larou Mar (voir encadré).

En attendant, la proposition du maire de construire deux autres mosquées dans le cadre du Programme de Développement Touristique (Pdt) n’enchante pour l’instant qu’une une partie dé la population de Guet-Ndar qui refuse la démolition des deux mosquées.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire