À propos des dots ostentatoires (Par Imam Ahmad KANTE)

imam kante

C’est connu, le Coran interpelle souvent les enfants d’Adam sur les désirs insatiables de rivalité, de richesse et de toujours plus qui vont les suivre jusqu’à la tombe. Nous voyons actuellement chez nous ces désirs se décliner à travers ce qu’on peut appeler les dots ostentatoires. Hommes et femmes rivalisent à qui donne et reçoit le plus en matière de dot.

Le droit islamique n’ayant pas fixé une limite à la dot légale, libre aux futurs époux de s’entendre sur quelque chose. Toutefois, le bien offert par le futur époux doit être d’origine licite et être remis à la future épouse sans ostentation. De plus, il est utile de savoir que les hadiths en la matière invitent à des dots modérées : ce n’est pas une dot élevée et ostentatoire qui fait un mariage heureux et béni.

A cette fin, le futur époux doit considérer la dot comme une prescription obligatoire à respecter et donner selon la mesure de ses moyens pour l’agrément de Dieu. De l’autre côté, aussi pour l’agrément de Dieu, la future épouse doit accepter ce qui lui est offert si elle sait que c’est raisonnable en rapport avec les moyens de son futur époux.

La dot est juste une façon pour l’Islam de protéger la femme pour dire à l’homme qu’il doit respect à sa future épouse et que l’accès à son corps et à la vie conjugale n’est pas chose banale. Il y a des cultures où c’est plutôt à la future épouse que la tradition exige une forte dot, ce qui peut empêcher la fille issue d’une famille pauvre de se marier !

C’est ainsi qu’en Islam, la dot peut être très modeste comme une simple bague ou la récitation de versets de Coran.

Quelle femme peut se croire meilleure que Fatima, la fille du prophète (saws) à qui Imam Ali a donné une modeste dot issue de la vente de son bouclier de combat ! Cette même Fatima aux mains marquées par le travail manuel domestique. Et quel homme peut se croire meilleur qu’Imam Ali pour avoir donné une dot faramineuse à sa future épouse ?

Ne rajoutons pas à notre déclin moral et spirituel ce fléau des dots ostentatoires et de surcroît, dans ce contexte de crise sanitaire et économique.

Wa Salam
Imam Ahmad kanté

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire