2, 615 milliards FCFA, pour des risques et catastrophes et d’adaptation au changement climatique

Le gouvernement du Sénégal et la Banque mondiale ont procédé, ce mardi à Dakar, au lancement du Projet de gestion des risques et catastrophes et d’adaptation au changement climatique d’un montant global de 2, 615 milliards FCFA et d’une durée de cinq ans. Le projet s’inscrit dans le cadre de la lutte contre les inondations, qui constituent l’une des catastrophes les plus récurrentes au Sénégal et touchent entre 200.000 et 400.000 personnes par an dans les régions de Dakar, Saint-Louis, Matam, Kaolack, Louga, Kolda, entre autres, selon les statistiques des experts.

« Par exemple, en 2009, les inondations ont affecté plus de 470.000 personnes et provoqué des dommages et pertes estimés à 100 millions de dollars, soit 45 milliards de FCFA principalement dans la région de Dakar », a rappelé Sékou Cissé, secrétaire général du ministre de l’Intérieur, qui présidait ce conclave.
.

« Les inondations, les pluies hors saison, la sécheresse, les invasions acridiennes, l’érosion côtière, les épizooties, etc., voilà entre autres catastrophes auxquelles le Sénégal fait face depuis des décennies et qui constituent une menacent pour les populations, la stabilité économique et le développement du pays », a-t-il dit.

« Ce projet vient à son heure, car les inondations ont des impacts négatifs sur les infrastructures sociales, économiques, les habitations, les cheptels et sur toute l’économie de manière générale », s’est de son côté réjoui Mar Lo, directeur de la Prévention civile.

Il a estimé que ‘’ ce projet complétera également d’autres efforts sectoriels, que la Banque mondiale et des partenaires sont en train de mener pour réduire les risques naturels et atténuer les effets du changement climatique au Sénégal’’, a-t-il dit.

La Banque mondiale a appuyé le gouvernement du Sénégal à mettre en œuvre le projet de gestion des risques et catastrophes et d’adaptation au changement climatique coordonné par la Direction de la protection civile, à travers le Globale Facility for Disaster and risk réduction (GFDRR).

‘’Ce projet, qui a démarré depuis mai 2012, comprend deux phases. La première phase s’étend sur une période de deux ans (2012-2014) avec un coût global de 575.328.000 FCFA et la deuxième phase dure trois ans (2014-2017) avec un montant de 203 9792 000FCFA’’, a précisé Mar Lo, directeur de la Protection civile.

Denis Jordy, spécialiste environnemental principal à la Banque mondiale, a lui réitéré l’engagement de l’institution à accompagner les efforts du gouvernement sénégalais dans le Projet pour la prévention des risques et catastrophes et d’adaptation au changement climatique

’’La Banque mondiale manifeste sa volonté d’accompagner le gouvernement du Sénégal pour maintenir la gestion des risques et catastrophes au rang de priorité mondiale’’, a-t- dit à l’occasion de la cérémonie de lancement du projet.

Selon lui, ‘’ce projet dont la première phase est financée à hauteur de 575.328.000 FCFA (soit 1.1 millions de dollars), a pour objectif de renforcer les capacités de la Direction de la protection civile pour lui permettre de mieux jouer pleinement son rôle dans la préparation, l’alerte précoce et la réponse aux catastrophes et assurer le fonctionnement de la Plateforme nationale de prévention des risques et de gestion des catastrophes’’.{jcomments on}

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire