1 11 2014
Bannière
Accueil Sport Séminaire sur le leadership féminin : L’Ufresa veut plus de femmes responsables de médias

Archives

Séminaire sur le leadership féminin : L’Ufresa veut plus de femmes responsables de médias

Le combat pour la parité dans le milieu des médias ne semble plus à l’ordre du jour. Depuis les années 2000, les femmes s’investissent de plus en plus dans le domaine du journalisme notamment sportif. Mais cette forte présence de la gent féminine dans les rédactions n’est qu’à un niveau primaire. C’est-à-dire qu’elles sont confinées au simple rôle de reporters. C’est le constat fait par la section Sénégal de l’Union des femmes reporters sportifs d’Afrique.

Selon la présidente Ndèye Dome Thiouf, malgré leur nombre plus ou moins important au sein des entreprises de presse, les femmes n’ont pas accès aux postes de responsabilité. Ce qui fait que l’exercice du métier de journaliste est encore un défi pour les femmes. «Jusqu’ici, il y a eu une seule femme, sinon très peu à occuper le poste de directrice d’un média», constate-t-elle.

Pour réfléchir sur les causes de cet état de fait et les moyens de renverser la tendance dans les rédactions, l’Ufresa Sénégal en partenariat avec l’ambassade des Etats-Unis a organisé un séminaire sur le leadership féminin. «L’objectif est de faire la rétrospection et une analyse objective plus large pour trouver les facteurs bloquant et voir comment permettre aux femmes d’acquérir ces valeurs qui vont permettre d’accéder aux postes de responsabilité», décline Ndèye Dome Thiouf.

Cet atelier de deux jours tenu durant le week-end a permis à la trentaine de participantes de différentes rédactions d’avoir une idée sur les facteurs qui bloquent leur ascension dans leurs lieux de travail. En effet, des séances animées par Mame Less Camara, formateur au Cesti et Diatou Cissé Badiane ont jailli quelques pistes qui ont permis de comprendre cet état de fait. Selon l’ancienne secrétaire générale du Synpics, la raison est à chercher dans la perception même du monde.

«Il y a la perception du monde qui fait que le pouvoir et l’autorité sont incarnés par les hommes et cela se répercute jusque dans les rédactions», indique Diatou Cissé Badiane. A cela s’ajoutent «les contraintes de genres et l’organisation de la société» développés par Mame Less Camara au cours de son intervention. L’autre aspect à ne pas perdre de vue est, d’après Diatou Cissé Badiane, le fait que les femmes ne soient pas très portées sur les luttes de positionnements. «Elles ne se battent pas souvent pour un poste et elles sont les premières à y renoncer pour des raisons familiales», note Mme Badiane.

Pour changer la donne et ainsi améliorer le niveau de compétence des femmes, il faut mettre en avant la formation et faire valoir les compétences. «Il faut que les femmes des médias soient décomplexées et osent dire qu’elles sont en mesure d’occuper tel ou tel poste», préconise la syndicaliste. En outre, elle a appelé à la création d’un réseau avec des cercles de réflexions pour échanger sur certains sujets. C’est d’ailleurs sur ce point que se sont entendues les participantes qui projettent de travailler sérieusement sur la matérialisation de ce réseau dans les plus brefs délais. Il sera le premier pas posé par l’association pour doter les femmes journalistes de plus de capacités afin qu’elles puissent au même titre que les hommes, pourvoir à des postes de décision.

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Journalbic

Adresses utiles

Presse

Publicité