23 05 2015
Bannière
Accueil Société Environnement

Archives

Le rôle de l’ANB est de réguler le secteur des biotechnologies (Ousseynou Kassé)

Selon Ousseynou Kassé, directeur exécutif de l’Autorité nationale Biosécurité (ANB), le Sénégal doit s’arrimer à cette réglementation. {Ces biotechnologies ne sont pas exempts de reproches d’où, la nécessité de les encadrer et c’est le rôle de l’ANB qui s’appuie sur le laboratoire scientifique national de biosécurité}, a-t-il signalé. Pour expliquer que le rôle de l’ANB est de réguler le secteur des biotechnologies}.

 
SYNAFE pour un impact ’’sur la paix et la stabilité du pays’’

{La Synafe qui se veut une force de proposition, un cadre d'échange et de concertation de toutes les femmes sénégalaises veut avoir un impact certain sur l'élaboration et la mise en œuvre des politiques publiques par les gouvernants. La participation active de ladite institution à la recherche de solutions autour de toutes les questions d'intérêt national, aura également un impact sur la paix, la stabilité et le développement du Sénégal}, a dit Khady Fall Tall, coordonnatrice du comité d'initiative de l’entité.

 
«De 2000 à 2014, les licences non payées par la CNFC au Sénégal valent plus de 371 404 800 FCFA »

«Depuis près de 30 ans, la China National Fisheries Corporation (CNFC), plus grande entreprise de pêche lointaine de la Chine, sous-déclare régulièrement le tonnage brut (TB) de ses navires de pêche opérant dans les eaux du Sénégal, de la Guinée et de la Guinée Bissau », selon le rapport de Greenpeace qui ne manque pas de formuler qu’ «au Sénégal, le premier cas avéré d’une telle fraude au tonnage date de 1988». Et que «pour la seule année 2014, le tonnage brut sous-déclaré équivalait à l’ajout, dans les eaux de ces trois pays ouest-africains, de 22 navires de pêche industrielle d’un TB de 300 chacun ». Pis, «l'absence de systèmes efficaces de gestion des pêches en Afrique de l'Ouest a permis à ces entreprises de piller, à faible coût et dans une quasi-impunité, les ressources marines de l'Afrique». Telles sont en effet, les révélations contenues dans le nouveau rapport de Greenpeace Afrique publié ce mercredi à Dakar.

 
Les délires graves de El Hadj Kassé sur le centre de conférence international de Diamniadio

Comment un homme normal, un intellectuel aussi averti que El Hadj Amidou Kassé, conseiller spécial du Président Macky Sall, peut-il croire que le centre de Diamniadio est unique en son genre dans le monde ? Invité de l’émission « Point de Vue » de la RTS du Dimanche 03 Mai 2015, Le journaliste et grand défenseur des idéaux du Président Macky Sall, a déclaré que “le Centre de conférences internationales Abdou Diouf de Diamniadio est unique en son genre dans le monde entier”… Mais El Hadj Kassé prend-il les Sénégalais pour des moutons du Palais qui vont le suivre sur ces dires à faire rêver des politiciens « bêtes » et « aveugles » ?

 
Avec le FNC, le Sénégal dispose d’un outil important, à la lutte contre le changement climatique

{Notre objectif est que le FNC arrive dans un délai proche à mobiliser 60 millions de dollars par an. C'est une ambition qui repose sur la contribution du gouvernement, les ressources mobilisées par le partenaire stratégique, le PNUD, et celle des partenaires techniques et financiers et autres donateurs}, a fait savoir, ce jeudi dans la commune de Dakar-Plateau, le ministre de l'Environnement et du Développement durable, Abdoulaye Baldé.

 
République Centrafricaine : «L’espoir est en marche» (Chef de la MINUSCA)

«L’espoir est en marche malgré la persistance des violences dues notamment à la transhumance du bétail », a déclaré hier mercredi à Bangui le Chef de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la Stabilisation en République centrafricaine (MINUSCA), Babacar Gaye.

 
Plus d'articles...
<< Début < Précédent 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Suivant > Fin >>

Page 1 sur 56

Journalbic

Adresses utiles

Presse

Publicité