24 07 2014
Bannière
Accueil Société Education ZIGUINCHOR La ville envahie par les ordures ménagères:Divergences politiques de la mairie en cause

Archives

ZIGUINCHOR La ville envahie par les ordures ménagères:Divergences politiques de la mairie en cause

La guerre qui sévit entre partisans et adversaires du maire de Ziguinchor Abdoulaye Baldé au sein de l’institution municipale serait-elle à l’origine de la situation déplorable que vivent les populations ziguinchoroises ces derniers temps par rapport à leur cadre de vie ? En tout cas, depuis le début de l’hivernage la commune de Ziguinchor offre l’image d’un dépotoir d’ordures avec son lot de rats, de mouches, de moustiques, de cafards, chiens errants, etc. qui ont fini d’envahir bon nombre de quartiers de la commune. De quoi faire aujourd’hui de Ziguinchor l’une des villes les plus sales du pays.

Il y a quelques mois la mairie de Ziguinchor avait annoncé en grande pompe la réception, entre autres matériels lourds, fruit de la coopération espagnole, de camions de ramassage d’ordures, d’engins balayeuses et de nettoyage pour désensabler la ville. Seulement depuis plusieurs semaines, les populations ziguinchoroises sont confrontées à des problèmes d’insalubrité totale.

 Et ce, du fait de la quantité importante d’ordures ménagères produites chaque jour et qui sont déversées, la plupart du temps, dans les principales artères des principaux quartiers de la ville. Des ordures en état de putréfaction avancé qui, après les premières gouttes de pluie, ont fini d’envahir tous les coins et recoins de la commune. Livrant ainsi tous les quartiers et les abords des marchés publics aux odeurs nauséabondes.

Une atmosphère propice à l’invasion des rats, mouches, moustiques, chiens errants et autres animaux et insectes parasites. Un tour dans une dizaine de quartiers de la ville a permis de mesurer les risques liés aux maladies dermiques et infectieuses auxquelles sont confrontées les populations envahies au quotidien par des tas d’immondices et de saleté de toutes sortes. Signe des risques d’altération de la santé des populations, la situation qu’endurent les riverains du quartier Néma, en particulier la rue Insa Ndiaye.

Sans moustiquaire, pas de dodo
Un quartier situé pourtant à quelques encablures de la mairie de Ziguinchor et qui jouxte le Lycée Djignabo et l’aéroport de Ziguinchor. Un quartier qui abrite aussi l’un des plus grands dépotoirs d’ordures de la capitale du sud.  La quasi totalité des ordures ménagères de la commune sont déversées dans ce lieu. Une situation qui a atteint des proportions inquiétantes et alarmantes pour ces riverains qui, en sus de ne plus pouvoir respirer de l’air pur ne savent plus à quel saint se vouer surtout avec l’hivernage qui bat son plein. «Dans ce quartier si vous ne disposez pas de moustiquaire vous ne parviendrez jamais à dormir la nuit tellement nous sommes envahis par les moustiques», lâche ce jeune rencontré à côté dudit dépotoir.
Désemparées ces populations, envahies par les ordures, incriminent aujourd’hui l’équipe municipale et le Service régional d’hygiène qui n’ont, face à leur calvaire quotidien, rien tenté pour les soulager et améliorer leur cadre de vie. «Aucune autorité municipale ne va accepter la présence d’un tel décor insupportable et invivable dans son environnement immédiat», fulmine une riveraine qui s’inquiète de la santé de ses en­fants et petits enfants qui sont inconscients des dangers que représente le dépotoir de Néma.
Ainsi, les Ziguinchorois déplorent le non-passage des camions de ramassage d’ordures qui, de­puis leur réception, tardent à être visibles dans les principales artères de Ziguinchor. Une équipe municipale dont les manquements sur le plan administratif suscitent les critiques les plus acerbes de la part des administrés qui pestent contre les problèmes d’assainissement qui se posent avec acuité du fait de la non-collecte des ordures et du non-curage des caniveaux à l’approche de l’hivernage.
Par ailleurs, certains habitants expliquent ces manquements par la crise interne qui sévit à la mairie de Ziguinchor et qui oppose depuis la démission du maire Abdoulaye Baldé du Pds, les partisans de ce dernier aux Libéraux restés fidèles au sénateur Mamadou Lamine Sakho et Innocence Ntab Ndiaye. Une guéguerre sur fond de guerre de leadership qui mine l’institution municipale divisée et qui ne se réunit plus. Ce qui semble reléguer, aujourd’hui au second plan, les préoccupations des populations ziguinchoroises livrées à elles-mêmes face au casse-tête de l’insalubrité. De quoi plonger ces dernières dans le désarroi, et la ville de Ziguinchor dans le lot des villes sénégalaises les plus sales au­jourd’hui.

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Journalbic

Adresses utiles

Presse

Publicité