21 04 2014
Bannière
Accueil Société Associations et Religions

Archives

Sauf Serigne Saliou Mbacke, le guide des thiantacounes, Cheikh Béthio Thioune n'a peur de personne

[On me fait beaucoup de choses, je subis beaucoup de choses mais je suis zen. Je n'ai peur de personne et je n'ai même pas le droit d'avoir peur. Je sais tout ce qui se passe mais je pardonne à tout le monde. Je mets tout ça dans le compte de la volonté divine parce qu’à part DIEU, personne ne peut m’arrêter], a dit d’emblée, le guide des thiantacounes, Cheikh Béthio Thioune, en conférence de presse, ce jeudi ‘’ a Touba Ndiouroul’’, dans la commune d’arrondissement de Mermoz.

 
Mamadou Goudiaby défie Dame Diop, [tout n’est pas nickel à Dakar Dem Dikk]

«Les syndicalistes de la société de transport Dakar Dem Dikk, ont décrié la gestion et ont présenté Dame Diop, comme une «menace contre la pérennité de l’entreprise. Ils l’ont fait savoir ce jeudi, lors d’une conférence presse, tenu dans la commune d’arrondissement de Fann-PointE. Les camarades du le Secrétaire général de l’Union démocratique des travailleurs de 3D (Udt3D), Mamadou Goudiaby Jugeant leur patron «incapable» de diriger l’entreprise, les syndicalistes réclament son départ. «On a demandé au ministère de nous amener un expert mais lui, on n’en a pas besoin».

 
COSEF invite les femmes à être des actrices incontournables pour le développement du Sénégal

Les membres du Conseil sénégalais des femmes (COSEF) ont invité, ce jeudi après midi, dans la commune d’arrondissement  de Dakar-Plateau, au cours d’une conférence publique sur le thème [Emergence d’un leadership Féminin dans un contexte de parité\ Enjeux et perspectives], les formations politiques à appliquer effectivement la loi sur la parité absolue homme-femme lors des élections locales prévues en juin prochain. COSEF, en partenariat avec le comite de suivi pour l’application effective de la parité qui regroupe les femmes membres de partis politiques de l’opposition et de la majorité, se veut très clair sur .L’application effective de la loi sur la parité absolue homme-femme dans les institutions totalement ou partiellement électives est une bataille que mène le COSEF depuis son adoption en mai 2010'', a indiqué sa présidente, Ndèye Lucie Cissé.

 
Adoration de Dieu et ferveur religieuse, les marques de l'œuvre de Mame Diarra Bousso

La commune d’arrondissement de Dalifort a abrité, ce samedi après midi, la 5ème édition du tiant de Sahandatou Dareyni Touba Assurance dédiée à SOKHNA MARIAMA BOUSSO.  C’était donc l’occasion de tirer des enseignements sur sa vie et son œuvre. «Mame Diarra BOUSSO mère de Cheikh Ahmadou Bamba fondateur du Mouridisme n’a vécu qu’un peu plus de trente ans. Mais elle a gagné l’amour et l’estime de l’ensemble des musulmans sénégalais et du monde entier. Quant aux femmes, elles la considèrent comme leur modèle et lui vouent un amour profond et sincère», a souligne d’emblée, Amadou Bassirou Cissé, le responsable de l’exposition sur la vie et l'œuvre de Mame Diarra Bousso.

 
Revue du code électoral : Mbaye Jacques et cie « confortent » le scrutin mixte

La « Coalition Defar Sa Rew », membre du pôle des partis non alignés, est opposée à tout changement du mode de scrutin aux Locales du 29 juin prochain, à l’occasion de la révision du code électoral entamée actuellement pour conformer la loi au nouveau Code des collectivités locales. Mbaye Jacques Diop et cie ont tenu en effet à renouveler fermement leur fidélité au mode de scrutin dit mixte. Rappelant en effet qu’en matière électorale, il faut aller jusqu’au bout du consensus (ce qui était le cas avec le code électoral de 1992, selon elle), la coalition en question indique sans ambages que « le Sénégal ne doit pas reculer, aujourd’hui en 2014,  dans sa quête permanente pour des élections apaisées ».

 
Sénégal-Collectivités-locales-Acte III de la décentralisation :

« il n’y a pas eu assez de discussions et cette question est fondamentale »(Serigne Mansour Sy Djamil).

Serigne Mansour Sy Djamil, qui présidait ce samedi un débat, organisé par le mouvement Bés du ñakk, de la commune de Grand-Dakar, dénonce par ailleurs ‘’qu’il n’y a pas assez de discussion et de réflexion autour de la question’’ alors que, pour ‘’l’acte 2 de la décentralisation, il y avait eu une discussion de 1992 à 1996’’.Le député de Bés du ñakk, Serigne Mansour Sy Djamil rappelle par ailleurs, ‘’qu’entre le passage de l’acte 1 de la décentralisation vers l’acte 2, il y a eu une évaluation critique dans une instance délibérative, présidée par le président de la République Abdou Diouf avec tous les membres du gouvernement’’.

 
Plus d'articles...
<< Début < Précédent 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Suivant > Fin >>

Page 1 sur 28

Journalbic

Adresses utiles

Presse

Publicité