Journalbic

Politique

Le pouvoir cède à la pression de l’opposition

dialogue politique

L’acceptation par la majorité de la désignation d’une personnalité indépendante pour conduire les travaux relatifs au dialogue politique est l’un des principaux sujets au menu des quotidiens reçus vendredi à l’Agence de presse sénégalaise (APS).Dakar, 17 mai (APS) - L’acceptation par la majorité de la désignation d’une personnalité indépendante pour conduire les travaux relatifs au dialogue politique est l’un des principaux sujets au menu des quotidiens reçus vendredi à l’Agence de presse sénégalaise (APS). A ce propos, Vox Populi signale que ‘’le pouvoir cède à la pression de l’opposition’’. 
‘’La majorité accepte le principe de la commission cellulaire indépendante dirigée par une personnalité neutre’’, souligne le journal, ajoutant que la balle est dans le camp de Macky Sall quant à son engagement à appliquer les conclusions attendues de la concertation’’. Selon L’As, ’’l’opposition obtient la tête d’Aly Ngouille Ndiaye’’. 
’’Les acteurs du jeu politique se sont réunis hier pour amender l’avant-projet des termes de référence des concertations. En l’absence de l’opposition à cette deuxième rencontre, la majorité, la société civile et les non-alignés ont convenu de la nécessité de désigner une personnalité indépendante pour diriger les concertations. C’est dire que le format proposé par l’opposition a été accepté’’, écrit le journal. Selon Enquête, ’’l’opposition gagne une première bataille’’ au sujet du format du dialogue politique.
‘’En acceptant la mise en place, hier, d’un comité cellulaire indépendant devant diriger les concertations, la majorité présidentielle concède à l’opposition l’une de ses conditionnalités majeures pour venir à la table des négociations’’, souligne le journal. Il ajoute : ’’Le Front de résistance nationale gagne une première manche dans la bataille engagée pour la mise en place de conditions optimum devant garantir la tenue d’un dialogue politique franc et sincère’’. Enquête note aussi que ‘’l’opposition et le pouvoir filent tout droit vers des concertations dont la principale conséquence risque d’être un report obligatoire des élections locales’’. ’’Les concertations entre les politiques, le parrainage, la révision exceptionnelle des listes électorales, les délais de dépôt des listes sont autant d’obstacles sur le chemin des élections locales prévues en décembre’’, écrit le journal qui affiche à sa Une : ‘’Impossibles locales’’. ’’L’opposition tord la main à Macky’’, selon Sud Quotidien qui estime que ‘’les nuages qui faisaient planer le doute sur la participation de l’opposition regroupée au sein du Front de résistance nationale à la table des concertations sur le processus électoral convoquées dans le cadre du dialogue national (…) sont sur le point d’être dissipés’’. Ses exigences préalables à sa participation au dialogue acceptées, ’’l’opposition n’a plus d’excuses’’, souligne Source A qui écrit : ’’Finies les excuses pour justifier la suspension de sa participation au dialogue national. Le FRN a obtenu gain de cause. Les concertations politiques initiées par Macky Sall (…) seront dirigées par une équipe composée de personnalités indépendantes’’. ’’Le ministre de l’Intérieur, la mouvance présidence présidentielle et la société civile ont accepté que les travaux soient conduits par une Commission cellulaire composée d’un président et de deux assistants, tous des personnalités indépendantes’’, ajoute le journal. D’autres quotidiens mettent également en exergue cette ‘’victoire’’ de l’oppsition : ‘’Le pouvoir cède à la principale demande de l’opposition’’ (Le Témoin) ; ‘’Le premier acquis’’ (Le Quotidien) ; ‘’L’opposition fait (enfin) reculer Macky’’ (Tribune). En économie, Source A annonce la fin du monopole de la société Itoc dans la fourniture du pétrole brut à la Société africaine de raffinage (SAR).
’’Itoc (International trading oil and commodities coorporation) va, à coup sûr, maudire Locafrique détenteur de 51% des parts de la SAR. En effet (…), le marché du pétrole brut de la SAR vient de filer entre les doigts de Baba Diao. Et ce, au profit d’un autre fournisseur, en l’occurrence, Addax, dont l’offre de 180 millions de dollars a été, de loin, la mieux disante’’. Le Soleil met en avant ’’les résultats financiers record’’ enrégistrés par le Port autonome de Dakar et titre : ‘’Traque aux fastes payante’’.  Le journal détaille ainsi ces résultats : Bénéfice brut : 2, 1 à 9, 3 millilards de francs Cfa, soit 341 % de hausse ; bénéfice net : de 1,4 à 6,3 milliards de francs CFa, soit 342% de hausse ; 3 milliards versés aux impôts, etc.

Add a comment

Affichages : 41

Elections locales 2019 : Le suffrage direct fait son chemin

aliou sall cices 2019

Des voix, et non des moindres -à l'image du président de l'Association des maires du Sénéal (Ams), Aliou Sall, par ailleurs maire de Guédiawaye-, s'élèvent, de plus en plus, pour porter le plaidoyer sur l'élection des maires au suffrage universel direct.Des voix, et non des moindres -à l'image du président de l'Association des maires du Sénéal (Ams), Aliou Sall, par ailleurs maire de Guédiawaye-, s'élèvent, de plus en plus, pour porter le plaidoyer sur l'élection des maires au suffrage universel direct.
Dans le cadre du Dialogue politique, Théodore Chérif Monteil de l'Union Citoyenne/Bunt-Bi et El Hadji Ibrahima Mbow proposent, rapporte Walf Quotidien dans sa parution du jour, le changement du mode de scrutin et la suppression du suffrage indirect.

Add a comment

Affichages : 49

Dialogue politique : le Rewmi boude les négociations…

idrissa seck kaolack

Le Rewmi d’idrissa Seck a boudé la table des négociations, a informé iradio.

La source soutient que Rewmi d’Idrissa Seck et Cie ont décidé de quitter la table de négociations du dialogue national du 28 mai, en attendant la réponse de l’autorité sur les exigences du Front national de résistance (Fnr), rapporte Seneweb.

Add a comment

Affichages : 47

Thierno Alassane Sall : « Pourquoi j’ai démissionné de mon poste… »

thierno alassane sall demissionne de l apr

Thierno Alassane Sall, ex-ministre sénégalais de l’Energie, explique sur la page des Panafricains sur Facebook, pourquoi il a démissionné de son poste. Une intervention bien appréciée des internautes…

« La France fait pression sur le Sénégal pour obtenir l’exploitation du pétrole et du gaz. Je ne peux pas signer un document où la compagnie française Total qui était en 5e position pour acquérir le marché selon les experts, devient subitement numéro 1 après des pressions sur le président Macky Sall. Ce qui se passe là se passe partout en Afrique. Et ce sont ces mêmes gens qui disent que les Africains sont irresponsables, gèrent mal leurs ressources, devraient apprendre à se débrouiller, et ne plus leur envoyer des migrants, alors qu’ils ne peuvent pas laisser l’Afrique une seule seconde décider du meilleur partenaire économique dont elle a besoin pour son développement. Ils sont prêts à te faire la guerre, un coup d’état, ou à lever toute une rébellion pour imposer un contrat. Car ils ne veulent pas s’aligner sur le marché comme les concurrents. Ils imposent leur deal et si tu ne veux pas tu dégages. Tant pis si le concurrent te propose un deal beaucoup plus avantageux ; ta matière première c’est pour eux. »

Ceci n’intéresse pas les médias , parce qu’ils préfèrent s’occuper des mensonges et des choses qui abrutissent nos peuples.

C’est un acte de bravoure de la part de ce ministre très intègre.Il pouvait accepter de signer , prendre sa part de commission et devenir assez riche au détriment de la misère de ses concitoyens.

Mais il a préféré se mettre du côté des intérêts de son peuple. Que cela serve de leçon aux politiciens et aux cadres corrompus qui ont toujours préféré sauvegarder leurs intérêts au détriment de la misère de leurs frères et sœurs.

Il a été assez clair , si l’État sénégalais devrait octroyer l’exploitation au premier sur la liste il cesserait définitivement de tendre la main à la France qui le soutient à hauteur de 600 milliards par an.

Comprenez alors d’où la France tire ses ressources pour nous venir en aide sous forme de prêt que nous devrons payer avec un taux d’intérêt assez élevé.

C’est ainsi que nos dirigeants après avoir assassiné notre démocratie assassinent nos économies.

C’est pourquoi l’autre sous-préfet qui se soigne au Maroc refuse de laisser le pouvoir. Parcequ’il a le soutien des Français et des Américains à qui il a fait appel pour venir partager les richesses de son pays et l’aider à sauvegarder son pouvoir, même étant malade et incapable de diriger et d’assumer convenablement ses fonctions de chef d’État. Dans le même temps, son peuple peut mourir de faim, il s’en moque complètement ».

Add a comment

Affichages : 33

Ce Diamniadio là est exclu de l’émergence de Macky

abri provisoire

Diamniadio originel exclu de l’émergence et un sarcasme démesuré en cache mal une incompétence vivace et décriée de l’équipe municipale (déphasée).Diamniadio originel exclu de l’émergence et un sarcasme démesuré en cache mal une incompétence vivace et décriée de l’équipe municipale (déphasée).
Un simple sondage dans les artères de la Commune de Diamniadio permettrait de disposer d’une vue synoptique des maux qui gangrènent la Commune au-devant des quels figure, sans nul doute, l’épineuse question foncière, dont l’audit exhaustif est fortement réclamé par les populations locales, adossée aux deux mandats de l’équipe municipale en place.
Diamniadio est une localité dont la renommée nationale et internationale trahit fortement l’acuité des difficultés quotidiennes d’une population accrochée au travail nonobstant l’absence de conditions minimales de développement socio-économique durable, sans compter les dangers encourus constamment par ces mêmes populations : (1) densité du trafic automobiles (sans ralentisseurs), (2) absence totale d’un système organisé d’activités de tout genre (commerciales, scolaires, sanitaires, culturelles, etc.) basé sur un tissu urbain fonctionnel.
Le sort actuel de la Commune de Diamniadio relève d’une absence de vision prospective calibrée sur l’évolution des effectifs démographiques et des besoins de base de la localité.  De 23 547 et 26 497 habitants respectivement en 2013 et 2017, la population de Diamniadio est estimée en 2019 à  28 014 personnes, soit une hausse de 4 467 âmes en 6 ans (soit une augmentation de 19%) et atteindra 29 560 habitants en 2021 (source : ANSD, Rapport de projection). Dans ce contexte de démographie galopante, le montant réservé au fonctionnement dans le budget 2019 de la Commune d’un montant global de 2 200 973 840 fcfa, constitue 58,49%, soit 1 287 238 840 fcfa (et les investissements portent représentent 41,51% du budget). Or la règle minimale d’une bonne gestion efficiente et soucieuse d’une amélioration des conditions de vie des bénéficiaires (les administrés) requièrent un taux maximal de 25 à 30 % pour le chapitre fonctionnement. Par conséquent, avec la priorité qui serait accordée aux strapontins et autres sinécures, l’année 2019 aura encore à terme le caractère d’année de bamboula dans un contexte de précarité aiguë des populations de la Commune.

 Caractérisée par une vingtaine de quartiers, Diamniadio ne dispose que d’un CEM et d’un lycée. Le noyau urbain plus connu sous le nom de Diamniadio centre a trois (03) écoles primaires (Diamniadio 1, Diamniadio 2 et Diamniadio 3). Cette dernière école a été créée en 2015 avec la notification N° 003392 du 04 Novembre 2015 dans le but de désengorger les deux premières. Mais malheureusement, la situation honteusement inquiétante de l’école Diamniadio 3 semble laisser de marbre les autorités locales. Avec quatre (4) classes physiques dont trois (3) abris provisoires (cfr Photo1) et cinq (5) classes pédagogiques, les salles regorgent des effectifs asiatiques de près de 70 élèves constitués essentiellement d’enfants issus de familles «pauvres». D’ailleurs comme en atteste la photo 2, récemment l’effondrement d’un mur d’une salle de classe sur un élève a provoqué l’émoi chez les parents d’élèves et chez les enseignants au point de provoquer la suspension des enseignements pendant plusieurs jours en pleine année scolaire. Devant une telle situation, une proposition fallacieuse et irrespectueuse d’une autorité de poursuivre les enseignements en plein air sous un arbre emboitait le pas au dilatoire de la mairie pourtant engagée à mettre à la disposition de cette école des locaux fonctionnels, sécures et salubres sous le prisme des compétences transférées aux Collectivités locales.
En définitive, Diamniadio originel va mal et les autorités locales tardent à suivre le tempo donné par le Président de la République, fortement engagé dans une dynamique de «fast track». Mais, en réalité, à Diamniadio les illustrations d’un «Real Capacity building» sont quasi-inexistantes.
Dr Thierno NDOUR
Coordonnateur du Mouvement citoyen
Taxawal Diamniadio

Add a comment

Affichages : 38

Journalbic.com

Top Desktop version