Journalbic

Politique

Direct. Affaire Khalifa Sall : Un procès à huis-clos, journalistes et proches du maire bloqués à l’entrée

proces khalifa sall journaliste bloque

Le maire de Dakar, Khalifa Sall et compagnie seront jugés aujourd’hui au palais de justice Lat Dior de Dakar. Le maire de la Médina, Bamba Fall, compagnon de Khalifa, a demandé à ses partisans de venir massivement soutenir le maire de Dakar, une demande qui n’est pas tombé dans l’oreille d’un sourd. Depuis 6 heures du matin, le tribunal est pris d’assaut.

Les pro-Khalifa, entassés devant la porte du tribunal,espérant entrevoir leur leader, ont vite déchanté en apprenant que, par mesure de sécurité, Khalifa Ababacar Sall et les autres accusés ont été tôt transférés dans la maison de justice depuis le petit matin.

Avant le démarrage de la procédure, les forces de l’ordre ont tenu à faire régner le calme. Les partisans du maire de Dakar sont alors séparés en deux groupe. Le constat est que la foule qui a pris d’assaut le tribunal est grandiose et ne peut entrer dans la salle d’audience. Pour le moment, la police est mobilisée pour tenter d’annihiler de potentiels mouvements de foule.

De tous les portails qui encerclent le palais de justice, une seule porte a été ouverte. Des journalistes, amis, proches, partisans et même des autorités sont pour le moment interdits d’accès au niveau du palais de justice.

Une situation que bon nombre de ces recalés déplore et condamne fermement. Les gendarmes ne cessent de faire des rondes aux alentours appliquant ainsi les instructions qu’ils ont reçues. Un dispositif qui pousse d’aucuns à confirmer la thèse selon laquelle le chef de l’Etat, Macky Sall, aurait une mainmise sur le pouvoir judiciaire.

Add a comment

Affichages : 34

Les avocats de Khalifa Sall à Rebeuss

les avocats khalifa sall

Ce sera demain, 14 décembre que le procès du maire de Dakar va s’ouvrir. En vue de peaufiner leur stratégie de défense, les avocats de Khalifa Sall seront en visite à Rebeuss aujourd’hui, informe Le Témoin. La rencontre est prévue ce mercredi, 13 décembre, à midi dans la salle de visites de la prison centrale de Dakar.
Mes Moustapha Ndoye, Borso Pouye, François Sarr, Mohamed Seydou Diagne, Issa Diop, Cheikh Khoureyssi Ba, Ndèye Fatou Touré, Ndèye Fatou Sarr, El Mamadou Ndiaye et Me El Hadji Diouf, qui a récemment rejoint le pool d’avocats, comptent axer leur ligne de défense sur la plaidoirie.
Khalifa Sall emprisonné depuis le 7 mars est poursuivi pour escroquerie, détournement de deniers publics, association de malfaiteurs et blanchiment de capitaux.

Add a comment

Affichages : 51

Le procès de Khalifa Sall s’ouvre jeudi, 14 décembre

proces khalifa sall

Ils seront 3 à le juger. Maguette Diop, Président, sera assisté de deux assesseurs, Pape Abdoulaye Dondé et Elisabeth Thiam, rapporte Les Echos.

Ils font partie la 2e chambre correctionnelle du Tribunal de Grande Instance de Dakar, à laquelle le dossier a été confié. Celle-ci tient la réputation de compter des magistrats justes et intègres, au caractère plutôt « froid ».
Magatte Diop, ancien président de l’Union des magistrats du Sénégal, traine 18 ans de carrière. Aucun de ses jugements n’a jamais été entaché ou contesté.
Papa Abdoulaye Dondé et Elisabeth Thiam, les 2 assesseurs sont également connus pour être des juges intègres, sont réputés intransigeants quand il s’agit de dire le droit.

Add a comment

Affichages : 44

Seydou Nourou Ba aux politiques : « Les Sénégalais nous regardent »

seydou nourou ba installe

Seydou Nourou Ba a été officiellement installé, hier, dans ses fonctions de président du cadre de concertations sur le processus électoral. L’ambassadeur a tendu la main à « l’aile dure » de l’opposition qui refuse de participer aux discussions sur le processus électoral lancées le 21 novembre dernier. Son objectif : trouver un consensus sur le processus électoral pour la tenue d’élections libres, crédibles et transparentes, rapporte L’Observateur. « Les Sénégalais nous regardent et nous écoutent. Ils veulent des élections libres, crédibles et transparentes dans le respect de la pluralité des opinions et de la dignité de chacun. Si nous partageons tout cela entre patriotes, nous ferons surement tous cap vers cet objectif. Et c’est cela l’important dans la concertation sur processus électoral », lance-t-il.
Le Pds et Rewmi, dite l’opposition « significative » refusent de prendre part aux concertations et réclament à la tête du comité une personnalité consensuelle.

Add a comment

Affichages : 33

Aida Mbodji a perturbé ce lundi la séance plénière pour le vote du budget du ministère de l'Économie

aida mbodji seance pleniaire

Aida Mbodji a perturbé ce lundi la séance plénière pour le vote du budget du ministère de l'Économie, des Finances et du Plan. Elle dénonçait la manière dont les débats sont organisés, coupant la parole au ministre qui commencait à repondre aux interpellations des parlementaires.
"Monsieur le président, vous m'avez privé de parole. Je représente tout un groupe ( le groupe des non-inscrits : Ndlr). Vous avez délibérément sauté les nons-inscrits. Cheikh Bamba Dièye a soulevé la faute et il a dit vrai. Nous les non-inscrits devrions avoir notre temps de parole", dénonce-t-elle, à haute et intelligible voix.
Moustapha Niasse de lui répondre : "c'est une liste que les deux présidents des groupes de " Benno Bokk Yaakaar" et de "démocratie et liberte" (Aymérou Gningue et Me Madické Niang : Ndlr) m'ont donné. Je demande aux deux présidents de s'exprimer".
Me Madické Niang d'expliquer qu'il a demandé à Ousmane Sonko, mais il a repondu qu'il ne parlera pas. "C'est pourquoi, je n'ai pas ajouté un non-inscrit", ajoute-t-il. Aymérou Gningne de demander alors à Moustapha Niasse d'ajouter d'autres noms.
C'est alors que le Président de l'Assemblée nationale a accepté d'inscrire sur la liste des intervenants Cheikh Bamba Dièye et Aïda Mbodj, sans reprendre l'appel nominatif des députés inscrits sur la liste des orateurs.
S'étant absentée pour quelques minutes, Aïda Mbodji s'est vue signifier à son retour que la liste des orateurs était épuisée. Suffisant pour la faire sortir de ses gonds.
"Monsieur le président, vous avez violé le réglement intérieur. Après l'ajout sur la liste d'autres noms, vous devriez reprendre l'appel nominatif. Mais vous ne l'avez pas fait. Vous avez ajouté mon nom sans que je le sache", fulmine la députée, qui a perturbé pendant quelques minutes la séance pour exprimer son indignation. Elle s'est finalement calmée et Amadou Ba a pu ainsi prendre la parole pour répondre aux différentes interpellations...

Add a comment

Affichages : 76

Journalbic.com

Top Desktop version