Journalbic

Politique

Tanor Dieng : « en Gambie c’est une victoire de tout un peuple contre un seul homme »

ousssssss

Le parti socialiste se dit heureux de la victoire d’Adama Barrow au sortir de l’élection présidentielle de la Gambie. Lors d’un entretien téléphonique avec l’heureux successeur de Yaya Jammeh, Ousmane Tanor évoque la victoire de toute la Gambie contre Jammeh.

Selon le communiqué du bureau de Ps, le Sécrétaire général du parti socialiste s’est entretenu au téléphone avec Adama Barrow, le Tombeur du Professeur El Hadj Docteur Yahya Abdul-Aziz Jemus Junkung Nasiru Den Jammeh.
Ousmane Tanor Dien lui a présenté ses vives félicitations tout en l’assurant de son soutien agissant pour aider la Gambie, non seulement a retrouver sa dignité, mais aussi à se mettre sur les rails de l’émergence.
Par ailleurs, le communiqué a rappelé qu’Adama Barrow est un socialiste donc, le Ps s’honore de sa victoire. Ainsi, M. Barrow « remercie le Ps et se réjouit de la bonne qualité des relations entre son parti l’Udp et le Ps tant qu’au niveau bilatéral qu’au niveau du Comité Afrique de l’Internationale Socialiste. »
L’élection de Barrow est pour ses camarades socialistes, « une victoire du Peuple, de la classe politique, et de la société civile gambienne contre Yaya Jammeh et son régime autoritaire ».
« Cette victoire de Barrow est l’ouverture d’une nouvelle ère entre le Sénégal et la Gambie », conclut le communiqué.

Add a comment

Affichages : 14

Peine de mort, des députés favorables à son application

asssammm

Les meurtres se sont multipliés ces derniers mois dans notre pays, le Sénégal suscitant ainsi des débats houleux qui divisent bon nombre de citoyens. La peine de mort, principal sujet de ces débats, est pour certains députés la manière la plus efficace d’éradiquer ce fléau grandissant.

Ils étaient près d’une dizaine a plaidé pour le rétablissement de la peine de mort au Sénégal. Pour rappel, la peine de mort a été abolie le 10 décembre 2004 suite au vote du projet de budget du ministère de la Justice.
Imam Mbaye Diang, député à l’Assemblée Nationale pense lui que «la peine de mort est tout d’abord une recommandation de Dieu ». Donc pour lui « Il faut tuer ceux qui tuent ».
A Héléne Tine de soulever les causes premières des meurtres en soulignant que « certaines personnes tuent parce qu’elles se considèrent comme des morts vivants. Elles se sentent exclues par la société, délaissées par leurs parents ainsi pour elles tuer devient une sorte de répression ».
El Hadj Magane quant à lui fustige les raisons qui poussent certains à perpétrer ces ignobles actes en ces termes: «pour une histoire de 100 francs CFA, on a tué un jeune homme. Des gens sont poignardés à plusieurs coups de couteau pour un rien. Cela doit cesser ».
Thiané Sakho voit en la peine de mort une manière de « décourager les potentiels meurtriers ».
La peine de mort divise encore une fois, espérons juste que ce vent de terreur puisse s’arrêter avant que notre pays ne verse dans ce qui pourrait ternir grandement son image.

Add a comment

Affichages : 106

Malick Gackou: « on ne peut quand même pas faire moins que la Gambie »

gakk

Le coordonnateur du front de l’opposition Manko Wattu Senegaal, Malick Gakou affirme avec pleine d’assurance que le régime s’oppose au bon déroulement des futures élections présidentielles.
Le président du grand parti n’a pas laissé en rade ses accusations en vers le président Sall et ses alliés, collant à ces derniers un motif de forcing des prochaines élections.
D’après Malick Gakou le président Sall fera du forcing pour un second mandat. Par ailleurs il souligne que, « Macky Sall n’est pas prêt à organiser, au Sénégal, des élections libres, démocratiques et transparentes conformément aux recommandations des assises nationales. Il fera tout pour faire du forcing, afin d’obtenir un second mandat .Toute cette démarche politique indique assez clairement et peu importe les moyens d’y parvenir seul le résultat compte pour lui mais également pour ses partisans».
Le président du grand parti continue dans ses dires « cela est inacceptable et inadmissible. L’opposition doit faire face et fera face à cette perspective en porte à faux avec les principes de base d’une démocratie et d’une République de valeurs auxquelles nous sommes viscéralement attachés ».
Et il précise que notre pays doit suivre l’exemple de ce qui se fait en matière de démocratie en Afrique après avoir bien élucidé ses propos. Malick Gakou explique que le Sénégal ne peut quand même pas faire moins que la Gambie, « il nous faut une autorité indépendante pour l’organisation des élections au Sénégal. On ne peut quand même pas faire moins que la Gambie », souligne-t-il dans un entretien avec le journal la tribune.

Add a comment

Affichages : 121

Les 4 faits marquants de Adama Barrow président de la Gambie

dama

▶ Il est né un vendredi, il arrive au pouvoir un vendredi
▶ Yayah Jammeh a pris le pouvoir un vendredi, il perd le pouvoir un vendredi
▶ Le nouveau Président Gambien n'exclue pas de possibles poursuites judiciaires contre Jammeh
▶ Adama Barrow souhaite des relations paisibles très particulières avec le Sénégal
www.journalbic.com

Add a comment

Affichages : 116

Macky Sall : Le PTIP 2017-2019 va renforcer le PSE

maakkii

Le nouveau Plan triennal d’investissement public (PTIP 2017-2019), d’un coût global d’environ 4792 milliards de francs CFA va "nettement" renforcer les performances du Plan Sénégal émergent (PSE), a souligné, samedi à Saly-Portudal (Mbour), le président de la République, Macky Sall.
Le chef de l’Etat qui présidait le lancement des travaux de la 5e édition de l’Université républicaine de la Convergence des jeunesses républicaines (COJER) a révélé qu’"en quatre ans, le Sénégal a pu mobiliser plus de 5 OOO milliards de francs CFA contre un peu plus de 3400 milliards de francs en douze ans".
"On a multiplié par quatre les moyens pour justement avoir quatre fois plus de résultats. Et c’est ce qui explique la transformation que vous voyez aussi bien en milieu urbain qu’en milieu rural, dans tous les autres secteurs", a-t-il fait valoir.
"Cette importante enveloppe traduit la confiance dont bénéficie notre pays auprès de ses partenaires avec qui 269, bientôt 270, conventions de financement ont été conclues", a dit Macky Sall, ajoutant qu’elle traduit, surtout, "l’accroissement de nos capacités internes de mobilisation des ressources pour financer notre développement".
"De la première à la présente édition, les universités républicaines restent, à la fois, pertinentes, vivaces et très utiles pour notre jeunesse", a estimé le président de l’Alliance pour la République (APR, au pouvoir).
Il a ajouté qu’elles sont "une école du savoir, de l’unité, de la solidarité, de la fraternité, de l’expérience partagée par le brassage des jeunes de toutes les régions du pays et de la diaspora. C’est aussi une école républicaine".
Macky Sall a par ailleurs exhorté les jeunes de sa formation politique "à persévérer dans cette voie salutaire qui conforte l’espoir et la confiance pour poursuivre, demain, les combats communs contre les
inégalités et les injustices".
"J’ai toujours pensé que la vraie politique c’est, d’abord, la recherche et la mise en œuvre de solutions aux attentes des populations. C’est avoir le souci constant de leur bien-être, le bien-être des jeunes, celui des femmes, des agriculteurs, des éleveurs, des pêcheurs, des ouvriers, des cadres et des fonctionnaires", a t-il estimé.
Cette vision de la politique est, d’après lui, "le fruit d’une expérience de contact permanent avec le Sénégal des profondeurs, pour tâter au quotidien le pool de ceux qui travaillent, de ceux qui se battent et espèrent et de ceux qui, malgré les duretés de la vie, s’engagent pour s’en sortir’".
"Notre combat républicain, c’est d’abord un engagement pour offrir les mêmes chances et opportunités à tous les sénégalais et à toutes les sénégalaises, pour leur permettre de mettre à profit leurs talents et leurs projets pour vivre dignement et décemment", a déclaré Macky Sall.
Pour le chef de l’Etat, "tout bon citoyen aspire à aller à l’école, trouver du travail, se nourrir, se loger, se soigner et avoir accès à des loisirs".
"C’est en donnant vie à toutes ces aspirations légitimes que la politique, fondée sur le socle des valeurs de la République, trouve tout son sens", a relevé Macky Sall.
Estimant qu’il est bon qu’on puisse, au moment de faire le bilan, "savoir ce que chacun a fait ou n’a pas fait pour éclairer le peuple pour ses choix futurs", le chef de l’Etat a signalé que pour les trois prochaines années, chacun des trois axes stratégiques du PSE bénéficiera d’un financement conséquent.
Source APS

Add a comment

Affichages : 118

Journalbic.com

Top Desktop version