Journalbic

Politique

El Hadji Mansour Mbaye, roule désormais pour Macky Sall

aabbbbbb

Le chef de l’Etat peut désormais compter sur les services d’El Hadji Mansour Mbaye et ce, aussi bien pour les élections législatives que pour la présidentielle.

 «Moi, je suis avec Macky Sall pour ces législatives. Et je serais aussi avec lui pour la présidentielle. Mes raisons sont simples. Ce que je suis aujourd’hui dans ce pays, hormis le travail de ms parents, je le dois à mon grand-père Cheikh El Hadji Malick Sy. Macky Sall a beaucoup fait pour Tivaouane. Il a annoncé qu’il va terminer la mosquée de Cheikh El Hadji Malick dont Mame Abdou Dabakh avait commencé les fondations. Donc je n’ai pas le droit de ne pas voter pour lui», a laissé entendre le communicateur traditionnel dans les colonnes du journal La Tribune.

Elhadji Mansour Mbaye a fait cette déclaration au moment où il recevait Ousseynou Diop qui lui a proposé de parrainer son mouvement «Ndakarou and Ak Macky».

«Je lui ai dit que je suis un socialiste, de surcroît un sage du bureau politique du Ps. Mais vu que son père est un ami à moi, j’ai accepté l’honneur qu’il m’a fait. Parce que mon parti est d’accord pour aller avec le président Macky Sall» a dit le griot à propos d’Ousseynou Diop.

Add a comment

Affichages : 29

Souleymane Ndéné Ndiaye « Mon objectif est de succéder à Macky »

aabbiss

Souleymane Ndéné Ndiaye affiche ses ambitions de succéder à Macky Sall. Lors d’une manifestation de son parti organisé samedi 20 mai, il a expliqué les raisons qui l’ont poussé à l’accompagner.

«  J’ai pris la résolution de l’accompagner dans son œuvre de construction du Sénégal. Je n’ai pas accepté sa main tendue parce que je crains des poursuites judiciaires. Ceux qui ont peur sont allés le voir, dès son accession au pouvoir », dit –il.

L’ancien Premier ministre, qui a instruit ses militants d’accompagner la coalition Benno Bokk Yakaar pour les législatives, précise avoir répondu à cet appel sans conditions. « J’aurai pu dire au Président Macky Sall, au-delà des relations personnelles qui nous lient, de me donner ceci ou cela, comme cela se fait de coutume. Quand les gens négocient en politique, ils négocient à partir de postes ou de positions. Je n’ai pas demandé de postes. J’ai répondu à l’appel pour répondre à l’œuvre de construction du Sénégal. Mon objectif, c’est de succéder au président Macky Sall, après l’avoir accompagné ». Et d’ajouter : «  C’est Dieu qui a choisi le Président Sall à la tête  de ce pays. Qu’il me choisisse  pour le remplacer » !

Add a comment

Affichages : 31

Manko Taxawu Sénégal gagne le pari de la mobilisation et crie victoire

aabmank

Même si certains observateurs estiment que la la coalition « Manko TakWattu Sénégal » aurait pu mieux faire, il faut dire que le boulot a été fait. En effet, la coalition peut se targuer d’avoir, comme on dit, fait le job.
Pour rappel, les leaders de cette coalition « de circonstance » disent manifester pour dénoncer «l’acharnement injuste du président Macky Sall sur les géants de l’opposition». C’est pourquoi, ils tiennent ce dernier comme «l’unique responsable de toute détérioration de la paix civile au Sénégal en cette période d’élection».
Pari de la mobilisation gagné puisque presque tous les partis politiques de la coalition Manko Taxawu Sénégal étaient représentés et sur les différentes pancartes, on pouvait lire: «Libérez Khalifa Sall» ou encore «Karim Wade Président». C’est dire que l’objectif final de cette coalition est de porter Wade fils au pouvoir. Reste à savoir si Khalifa Sall et sa troupe l’entendront de cette oreille.
Plusieurs leaders se sont succédé à la tribune pour, comme vous le devinez aisément, tirer à boulets rouges sur le régime en place qu’il accuse de tous les péchés d’Israël.
La palme des intervenants revient, sans aucun doute, au Président du Grand parti, Malick Gackou qui, d’un ton ironique s’adresse à Macky Sall, ci-devant, Président de l’Alliance pour la république en ces termes : « « je voudrais dire au « lion qui dort » de continuer à dormir, de bien dormir parce que le réveil sera fatal », selon lui « le plan Sénégal émergent n’a fait que détruire le pays et ils (Manko Taxawu Senegaal) sont déterminés à faire face au régime du president Macky Sall pour abréger la souffrance des sénégalais… », tout un programme.
Si, à la suite de Malick Gackou, Idrissa Seck fait aussi dans l’ironie : « il ne peut même pas enduire les réalisation de Me Abdoulaye Wade », Pape Diop, l’ancien maire de Dakar commet, de l’avis de senepeople, une erreur stratégique en voulant soutenir Khalifa Sall. Pape Diop déclare, en effet, avoir toujours géré la caisse d’avance comme l’a fait Khalifa. Ce qu’il ne nous dit pas, c’est : est-ce qu’il a refusé d’indiquer les destinataires de ces fonds ? Et si le procureur s’auto-saisit on criera sur les toits qu’il s’agit d’une affaire politique.
Il faut dire que ce genre de sortie aux allures guerrières constitue une erreur de communication car pouvant déclencher l’auto-saisine du procureur de la république. Ce qui provoquerait, encore, une autre levée de boucliers.
Les conseillers en communication sont interpellés.

Add a comment

Affichages : 54

Déthié FALL accuse le pouvoir de procéder à une distribution ciblée des cartes électeurs au grand meeting de Ibrahima POUYE

dethie fall

Le ratio est faible : moins de 14%. À un peu plus de 2 mois des élections législatives, cette situation irrite l'opposition. À en croire Déthié Fall, vice-président de Rewmi, pour 6,5 millions d'inscrits, moins de 1 million de cartes d'électeur ont été imprimées. Il accuse le pouvoir de procéder à une distribution ciblée, de faire de la rétention dans "les zones où l'opposition est forte".
Le Rewmiste était en tournée ce weekend dans la banlieue. Il demande au Président Macky Sall de "préserver les mécanismes démocratiques qui ont permis son élection en 2012, à défaut de les renforcer".

Add a comment

Idrissa Seck peut-t-il toujours être le 5ème président du Sénégal ?

aabidy

Que vaut désormais Idrissa Seck L’ancien Premier ministre, Idrissa Seck, n’a pas encore abdiqué dans sa conquête du pouvoir. Le président du Conseil départemental de Thiès qui veut diriger la liste de la coalition de l’opposition dans sa localité pense à tous les schémas.
«Il veut diriger la liste mais a la crainte principale de perdre. La défaite qu’il a subie lors des dernières élections du référendum n’est pas pour le rassurer », explique un de ses proches. «Il a également envie de diriger la liste nationale de l’opposition mais se heurte principalement à l’engagement qui a été pris au sein de Mankoo que celui qui dirige cette liste ne pourra pas se présenter aux prochaines élections », poursuit notre interlocuteur. D’ailleurs, il a dit à qui veut l’entendre que cette décision était «inopportune ».
Pour ses proches, cela a refroidi ses ardeurs et au sein de la coalition, on le sent de moins en moins engagé. «Alors que tous les leaders sont présents, Idrissa préfère ces derniers temps, envoyer son second, Déthié Fall ». Malgré les nombreux contacts et entretiens téléphoniques qu’il a eus avec Wade et son fils, il hésite encore à s’engager publiquement à leurs côtés. «Il ne s’est pas encore remis de la période 2007-2012 où l’ancien président de la République l’a fait valser dans tous les sens.
Il craint encore un rapprochement avec ce dernier et ne voudrait en aucun cas que l’opinion interprète mal ces événements ». N’empêche, il a dit clairement à ses lieutenants qu’il n’entend pas aller aux élections seul. «Si nous ne sommes pas dans une coalition, nous ne pourrons pas venir à bout des tenants actuels du pouvoir », répète-t-il en privé à ses visiteurs politiques. «Il est devenu conscient que sur la base des dernières élections, il lui est quasi-impossible d’obtenir un groupe parlementaire à l’Assemblée nationale, c’est pourquoi il n’a pas le choix », explique un de ses anciens compagnons.
Il faut dire que Rewmi est devenu l’ombre de lui-même. Dans le département de Thiès, naguère son bastion électoral, il ne lui reste que 3 maires sur une dizaine qu’il détenait à la suite des élections locales de 2014. Les édiles sont tous passés dans le camp de Macky Sall. « Le maire de Khombole, par exemple, lui a reproché le fait de ne l’avoir même pas félicité être déplacé lors de sa cérémonie d’investiture.
Depuis il lui a tourné le dos ». Au delà de la défection des maires, Idrissa Seck sait que la refonte du fichier électoral dans le département de Thiès n’est pas pour l’arranger. «Avec l’ancien fichier, beaucoup de personnes qui habitaient les villages environnants de Thiès venaient voter dans la ville, ce qui a toujours constitué la force électorale de Rewmi ». En effet, quand il était directeur de cabinet de Wade, Idrissa Seck avait fait de la victoire dans la commune un impératif.
«Tous les moyens étaient bons pour rafler les centres de vote. Mais depuis quelques années, Rewmi n’a plus les moyens de mobiliser cet électorat issu des campagnes proches de Thiès pour venir voter dans la cité du rail. C’est ce qui explique en partie la régression de son score dans la ville et la récente perte du département ». Ses hommes dans la ville, même s’ils sont toujours à ses côtés, lui reprochent le manque d’intérêt qu’il a pour la vie de leur parti. «Lors des réunions que nous organisons, il délègue souvent le présidium à ses hommes de confiance, mais les militants sont de plus en plus exigeants. Ils veulent sa présence. Nous le lui demandons mais il donne rarement suite ».

«Nous ne comprenons pas pourquoi il ne veut jamais venir à nos réunions. Les militants seraient plus galvanisés s’ils le voyaient », explique la même source. En attendant qu’il entende leurs appels, une autre question taraude ses partisans. Seck at-il toujours les moyens financiers de sa politique ? Ils répondent tous par la négative. Lors des dernières élections locales et lors du référendum, Rewmi n’avait pratiquement pas de budget.
«C’est difficilement que nous avons battu campagne ». Il faut dire que depuis treize ans, Idrissa Seck est pratiquement dans l’opposition. Cette longue période a usé les finances de l’ancien premier ministre. Ce qui fait que ses partisans craignent beaucoup cette échéance à venir face à l’armée des Républicains dans le département de Thiès.

Add a comment

Affichages : 51

Journalbic.com

Top Desktop version