Journalbic

Economie

Bernard Sagna (pilote) : "L'aéroport Léopold Senghor est le meilleur atout pour Air Sénégal"

aidb senegal

La nouvelle compagnie nationale a plus à gagner avec l'aéroport Léopold Senghor (LSS) qu'avec l'Aéroport international Blaise Diagne (Aibd), qui sera inauguré ce mardi. L'avis est de Bernard Sagna, un pilote de ligne qui s'est confié au journal Le Témoin.
Partant du principe que, "à ses débuts, Air Sénégal SA doit être une compagnie à faibles coûts pour assurer sa viabilité", il dit : "Pour desservir les lignes domestiques et régionales, il est impératif d'établir sa base à l'aéroport LSS. C'est-à-dire à proximité de la capitale avec comme opportunité la création d'un hub régional sur la base d'un seuil minimum de rotations par jour. Ainsi, ça lui permettra de mettre en place une solide structure d'exploitation avant de montrer en gamme; ce qui sera un gage pour sa pérennité."
Mais, d'après le schéma retenu par les autorités, tout le monde déménage à l'Aibd. Léopold Senghor devant être fermé au trafic commercial et transformé en aéroport militaire.

Add a comment

Affichages : 149

L’entrée du Maroc dans la (Cédéao) risque de coûter cher aux membres de la communauté

moustapha kasse economiste maroc

L’entrée du Maroc dans la Communauté économique des états de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao) risque de coûter cher aux membres de la communauté. Moustapha Kassé, professeur agrégé d’économie et doyen honoraire de la Faculté des sciences économiques et de gestion (Faseg) n’est pas emballé
. Invité de l’émission du dimanche Objection de Sud Fm repris dans Sud Quotidien, le professeur pense que le royaume chérifien avec son Produit intérieur brut (Pib) estimé à 100 milliards va poser un handicap aux 15 autres états de la communauté au niveau macro économique. « Le Pib du Maroc est la somme des Pib de la Côte d’Ivoire, du Sénégal, du Ghana à la fois.
Mais, le plus important, c’est la manière dont le Maroc est géré ; la place octroyé à ses entreprises ; les taux de financements ; les politiques sectorielles. Si vous interrogez individuellement ces différents points, vous verrez que le Sénégal ne gagne rien dans l’entrée du Maroc dans l’espace Cedeao. Pis, nous perdons même », alerte le professeur.
Le Maroc a déposé sa candidature pour une adhésion à la Cédéao. Celle-ci a donné son accord de principe à son entrée en juin dernier. Le chef de l’Etat Macky Sall a annoncé, en marge du 13e Conseil présidentiel de l’investissement, que cette question sera débattue le 16 décembre prochain à Lomé lors du prochain sommet de la communauté régionale.

Add a comment

Affichages : 61

Le Cos-pétrogaz vidé de 300 millions

ousmane ndiaye petrosen

 

 

Il y a un crédit ouvert en Loi de finance initiale (Lfi) 2017 qui n’a pas été reconduit, au titre des transferts courants du projet de budget 2018 du ministère du Pétrole et des énergies.
Selon L’Observateur, il s’agit de celui du Comité d’orientation stratégique du pétrole et du gaz (cos-pétrogaz) qui a été « totalement délesté de ses 300 millions Fcfa ».
Pour rappel, installé en décembre 2016 et dirigé par l’ancien Directeur général de Petrosen, Ousmane Ndiaye, le Cos-pétrogaz avait reçu une mission bien spécifique de la part du chef de l’Etat.
« La finalité du Cos-pétrogaz est de favoriser l’exploitation optimale de nos ressources pétrolières et gazières au bénéfice des populations, comme nous y invite cette dernière », avait notamment déclaré le président Macky Sall.

Add a comment

Affichages : 119

Hausse de 9% de la consommation d’électricité

senelec logo

La consommation d’électricité du Sénégal a connu une hausse de 8,7% au terme des neuf premiers mois de l’année 2017 comparée à la même période de l’année 2016, selon les données établies par la Société nationale d’électricité (SENELEC).
Cette consommation s’est établie à 2.265.500 millions de kwh contre 2.083.400 millions de kwh durant les neuf premiers mois de 2016, soit une augmentation de 182.100 kwh.
Cette hausse est occasionnée à la fois par la moyenne et basse tension. La première a enregistré 12% de progression à 696.700 kwh contre 621.900 Kwh en 2016. Quant à la basse tension, elle connait une hausse de 10% à 1,453 million de kwh contre 1,320 million de kwh en 2016.
De son coté, la haute tension se retrouve avec une forte baisse de 18,1% à 115.200 kwh alors que le niveau de consommation se situait à 140.600 kwh durant les neuf premiers mois de l’année 2016.

Add a comment

Affichages : 59

Projet de Afri Partners dans la vallée : les bons points pour les populations

vallee projets marocains

Les populations de Demette et Dodel ont reçu le 16 septembre dernier des explications sur le projet d’Afri Partners visant à produire du riz dans la vallée.

"Les explications données par les marocains ont été pertinentes et je pense qu'il est bon de laisser le projet se poursuivre. C'est un bon modèle pour la région", explique un désormais ex pourfendeurs du projet.

Ce projet vise en effet la production de riz paddy de qualité sur 10 000 ha au sein des Communes de Dodel et de Demette et sa transformation dans une usine aux standards internationaux pour une distribution exclusivement dans le marché local.
"Ce projet intervient dans un contexte où la consommation de riz (1,6 mT), aliment de base au Sénégal, ne cesse de croître sous les effets de la pression démographique et de l'urbanisation. Paradoxalement, malgré la mise en œuvre d'une politique volontariste de la part de l'Etat, les importations ne fléchissent que légèrement", explique un responsable d'Afri Partners.

Dans ce sens, ce projet présente des atouts indéniables :" la Contribution notamment à la sécurité alimentaire du Sénégal en s'inscrivant pleinement dans le cadre des objectifs du Programme National d’Autosuffisance en Riz (PNAR)", dit la même source. Il y a également une participation à la réduction des importations et du déficit commercial en offrant un produit de qualité.

Par ailleurs, tout contribuant au désenclavement de la zone, ce projet permettra d'améliorer les conditions de vie des populations en leur permettant l'accès à des revenus stables et réguliers. D’abord à travers les 1500 emplois créés ensuite via les contrats de culture mis en place et l'aménagement de 2 000 ha supplémentaire en leur faveur avec une assistance technique leur garantissant un meilleur rendement.

Il y a aussi un soutien financier des projets d'investissements des Communes pour un montant cumulé de 2 milliards de FCFA sur la durée du bail à même de doter la zone d’équipements modernes. "Depuis la tenue du forum, les populations sont persuadées que le projet est un très bon outil pour le développement de la région, elles sont devenues solidaires avec les promoteurs du projet".

Il y a de la manipulation de certains, mais le projet ne regorge que de bons points pour les populations. D'ailleurs, les deux parties ont mis en place un Comité pour l’exécution du projet. Celui-ci est constitué de 16 membres représentant toutes les parties prenantes au projet à savoir, les élus, la société civile, les services de l’Etat, les chefs coutumiers et chefs de village ainsi que l’opérateur et devant se tenir aussi souvent que nécessaire (Un Comité plus élargi de 50 membres est prévu devant se tenir semestriellement).

C’est dans ce cadre qu’il a été décidé que dans quelques jours, des fournitures scolaires vont être distribuées à tous les élèves du primaire des deux communes soit 6000 enfants et que trois appareils d’écographie pour femmes vont renforcer les équipements de santé des communes".

Add a comment

Affichages : 211

Journalbic.com

Top Desktop version