Journalbic

Culture

culture: MMDi un enseignant rappeur à la porte d'une riche carrière

aaaaaaammdi

 

Mamadou Diagne allias MMD est né en 1993 Saint-Louis, dans le quartier de Ndiolofféne ou il s’est fondu dans la masse sociale avec une grande personnalité. MMD était très brillant à l’école ou’ il n’a pas manqué d’avoir beaucoup de succès. Après son succès au Baccalauréat il rejoint université CHEIKH ANTA DIOP de DAKAR pour y passer deux ans au département de Science-Physique. Après avoir quitté les études supérieures, MMDi se tourne vers des objectifs beaucoup plus personnels. C’est dans ce cheminement qu'il a pu dépasser totalement le stade de Mélomane en 2014 et devient un vrai MC du rap sénégalais. Dans cette même année il crée le groupe DOUBLE H SECTOR avec son frère de lance EL BACH. Entre 2016 et 2017, il fut admis au concours de vacataire. Après sa formation, il rejoint la région de LOUGA pour y exercer son métier d’éducateur. La distance a ainsi beaucoup impacté sur l’harmonisation de ce duo. Alors les deux MC étaient contraints de mener, chacun de son coté une carrière en solo de manière temporaire. Sous cet angle précis que MMDi s’est lancé dans le projet de sortir un MAXI intitulé « 7e Dan » pour la première production de sa carrière, ce bijou apparaitra sur le marché durant les prochaines grandes vacances. Mais, déjà , pour un avant gout, le rappeur nous a gratifié deux singles très appréciés des mélomanes et disponible sur Youtube « say my name » et « 1 vs tous ».
MMdi n’est pas seul, il est entouré de « MMDi staff» composé de ses amis proches dont la plupart ont grandi ensemble avec le rappeur à Ndioloffène notamment son manager Serigne Sonhibou NGOM. Ils sont en train de tout mettre en œuvre pour vulgariser le MAXI à venir et assurer évidemment une carrière riche au rappeur enseignant.
Wait and see…

Add a comment

Affichages : 153

Didier Awadi sur le parrainage : "On ne peut pas imposer aux gens l’argument de la force"

didier awadi

Didier Awadi n’était dans les rues de Dakar avec ceux qui manifestaient contre le parrainage, jeudi dernier. Il n’a ni affronté les forces de l’ordre ni porté des pancartes hostiles au régime de Macky Sall. Mais, le rappeur a joué sa partition contre le projet de loi adopté le 19 avril par l’Assemblée nationale et contre ce qu'il considère comme des dérives du pouvoir en place.Didier Awadi n’était dans les rues de Dakar avec ceux qui manifestaient contre le parrainage, jeudi dernier. Il n’a ni affronté les forces de l’ordre ni porté des pancartes hostiles au régime de Macky Sall. Mais, le rappeur a joué sa partition contre le projet de loi adopté le 19 avril par l’Assemblée nationale et contre ce qu'il considère comme des dérives du pouvoir en place.
«On ne peut pas imposer aux gens l’argument de la force. Moi, je suis pour la force des arguments, signale Awadi lors de la présentation de son nouvel album, Made in Africahier, lundi 23 avril. Malheureusement, cette loi est passée avec les arguments de la force. Donc, pour cela je la déplore. De plus, ça (l’adoption de la loi) doit être le résultat d’un consensus et pas un passage en force.»
L’attitude du régime de Macky Sall, le 19 avril, a fait ressurgir de mauvais souvenirs dans la tête d’Awadi. Il rappelle : «C’est ce qu’on déplorait avec les gens du Pds : l’arrogance, c’est ce qu’on voit aujourd’hui. On a l’impression que tout doit passer en force, avec arrogance, martèle le rappeur. Cela va être préjudiciable à ce régime. Je pense que s’ils ne se ressaisissent pas, les mêmes causes vont aboutir aux mêmes effets.»
D’autant que, constate l’ex-membre de Pbs (Positive black soul), «on sent que l’argent ne circule pas» et que «dans beaucoup de corporations les gens ne sont pas heureux».

Add a comment

Affichages : 128

Le ciel est en train de s’abattre sur le rappeur Akon

AKon afrique aide

Le ciel est en train de s’abattre sur le rappeur Akon qui vient d’être condamné à payer plus de 90 millions pour retard de paiement de loyer et retard des délais impartis.En plus, il devra verser plus de 80 milliards de FCFA à Devyne Stephens, son associé qui l’a aidé à mettre sur pied son label Konvict Music qui a lancé sa carrière.


Advert SN
Si Akon est condamné, ce n’est sûrement pas faute de moyens lui qui, récemment, faisait des dons à Porto Rico mais c’est surtout pour ne pas avoir répondu au juge par rapport à son loyer impayé à la société de crédit-bail GTFM, rapporte Les Echos.

Alors qu’il devait payé plus de 7 mois d’arriérés de loyer à hauteur de 13.473.780 FCFA par mois, le rappeur d’origine avait, après une première audience, signifié au juge qu’il paierait ladite somme sauf que rien a été fait jusqu’à ce que la société de crédit-bail GTFM ne relance la plainte pour faire constater le non-paiement de son dû.

Le juge condamnera, par défaut, le rappeur à payer 90 millions de FCFA après qu’Akon n’ait plus répondu aux moult convocations, écrit toujours le journal.

En plus de ce problème, Akon devra aussi livrer quelques 150 millions de dollars à son associé Devyne Stephens. Dans le contrat qui les lie, il est noté que 40% des revenus de Akon devront être versés par le rappeur d’origine sénégalaise.

Au vue des gains du rappeur estimés à 200 milliards de FCFA, Stephens aurait donc dû toucher 150 millions de $ de la part du chanteur, écrit Les Echos.

Add a comment

Affichages : 259

"L'Afrique a de la dignité, l'Afrique est riche en histoire" contrairement à Donald Trump

youssou ndour vol 40 millions

"L'Afrique a de la dignité, l'Afrique est riche en histoire, l'Afrique a apporté de grandes contributions à l'humanité." Ces mots forts de Youssou Ndour sur le continent, sont une réplique envoyée à Donald Trump pour son "pays de merde" qui a fait polémique il y a quelques mois."L'Afrique a de la dignité, l'Afrique est riche en histoire, l'Afrique a apporté de grandes contributions à l'humanité." Ces mots forts de Youssou Ndour sur le continent, sont une réplique envoyée à Donald Trump pour son "pays de merde" qui a fait polémique il y a quelques mois.
Le leader du Super Étoile, repris par le site Xalima, indique que "le monde n'a pas besoin de savoir ce que Donald Trump pense de l'Afrique". "Nous n'avons pas besoin d'entendre cela", fulmine Youssou Ndour, qui se trouve en Australie pour une série de spectacles.
"Nous, en tant que peuple dans le monde, devons respecter chaque pays, chaque culture, chaque communauté, chaque réalité, il n'a pas le droit de dire cela, nous devons faire entendre nos voix, encore et plus fort", suggère l'ancien ministre de la Culture. Qui avance que Trump "n'a aucune idée de ce qui se passe en Afrique".
"S'il a visité l'Afrique, pronostique Youssou Ndour, il est probablement venu juste pour un jour voir les animaux au Kenya, Il n'a jamais visité les personnes en Afrique, les gens en Afrique sont riches en histoires, riches en culture, ils ont dû pardonner tant, pour l'esclavage et la colonisation, mais maintenant, nous voulons devenir plus forts et aller de l'avant. Dites-lui, dites à Donald Trump que nous sommes des humains, que nous avons notre dignité et qu'il doit respecter cela."

Add a comment

Affichages : 122

Je veux détrôner le monument de la musique sénégalaise : Youssou Ndour

waly seck

Wally Seck ne manque pas d'ambitions. Le fils de Thione veut marquer son empreinte dans la musique sénégalaise. Il veut détrôner le monument de la musique sénégalaise : Youssou Ndour.

"C'est ça mon vœu, c'est ça que je veux : dépasser tous les monuments de la musique sénégalaise. Je n'épargne personne, avec tout le respect que je leur dois. Je vous ai déjà dit que je veux dépasser mon propre père. Puisque j'ai commencé par lui, vous voyez bien que je n'écarte personne. Youssou Ndour, c'est mon "père" que j'estime et respect beaucoup. C'est un grand homme, mais je veux le dépasser (…) Franchement, nous sommes fiers de ce qu'ils ont bâti pour notre pays. Mais moi, j'ai également le droit de dire aux Sénégalais que je veux leur apporter plus, je veux faire plus", a-t-il déclaré dans un entretien avec le quotidien "La Cloche".

Il a ensuite éclairci sur sa chanson à polémique "Noone Dou Mossa Changer" (un ennemi ne change jamais) extrait de son dernier album apéro qui est considéré comme une réponse directe à Youssou Ndour. "Déjà, je n'ai pas dit "daxaar gi", j'ai plutôt dit "guy daxaar". Dans mon village, il y'a un arbre appelé "guy daxaar"… et j'ai chanté autre chose. Je n'ai déclamé personne", dit-il.

Add a comment

Affichages : 203

Journalbic.com

Top Desktop version